Nos produits pour soutenir votre allaitement

Découvrez notre sélection de produits pour soutenir votre l’allaitement pour faire le plein de nutriments, en complément d'une bonne alimentation. Nos produits se déclinent en différents formats, à base majoritairement d'ingrédients bio : snack, tisane, granola, gélules pour un allaitement au top !

Lire plus

FILTRER

Par Format Par Moment Par composition
FILTRER
TRIER
TRIER

FAQ

Quel complément alimentaire prendre lorsque l’on allaite ?

Lorsqu'on allaite, il est important de faire attention à ses apports nutritionnels pour veiller à  couvrir ces besoins supplémentaires (environ 500 kcal par jour) et soutenir votre santé et le bon développement de votre bébé. 

Pour certaines mamans, l’alimentation pendant l’allaitement ne suffit pas à couvrir tous les besoins en vitamines, oligoéléments et acides gras essentiels pour elles et leurs enfants. Les carences peuvent concerner le fer, le calcium, les oméga-3, vitamine D. 

 

Certains compléments alimentaires adaptés peuvent alors être bénéfiques pour les mamans allaitantes : 

  • Multivitamines complet : Baby Bump, notre complément grossesse peut être poursuivi pendant l’allaitement pour veiller à bien couvrir vos besoins et ceux de votre bébé. C’est une formule ultra-complète et premium qui contient 14 nutriments sous forme bioactive, de la choline (important pour son cerveau) et 200 mg de DHA (qui contribue au développement du cerveau et de sa vision). Les vitamines et minéraux présents vont aider à combattre la fatigue. 
  • Complément fer : Iron Mama permet de couvrir 100% des apports journaliers recommandés en fer dans 1 seule gélule seulement. Avec notre bisglycinate de fer FerrochelTM, nos gélules combinent absorption optimale et confort digestif. Dans un format plus gourmand, avons des carrés Boost, conçus spécialement pour combattre la fatigue. Croquantissime aux noisettes et amandes est enrichi en fer et couvre 50% des besoins journaliers.
  • Oméga 3 : Les oméga-3, notamment l'acide docosahexaénoïque (DHA), sont importants pour le développement du cerveau et de la vision du bébé. La composition en DHA du lait maternel dépend uniquement des apports alimentaires et peut varier d’un facteur 10 en fonction de l’alimentation. Les mamans allaitantes peuvent prendre un supplément d'oméga-3 pour s'assurer que leur lait maternel en contient suffisamment. Baby bump contient 200 mg de DHA, et pour compléter vous pouvez vous tourner vers notre pâte à tartiner Crazy nut délicieuse et très riche en noisettes : une portion de 3 cuillères à café en contient aussi 200 mg de DHA. 
  • Complément en vitamine B12: Pour les mamans qui suivent un régime vegan, il y a un risque de carence en B12 et zinc. Il est important notamment de garder un bon niveau de B12 en se complémentant. On peut se faire accompagner pour un suivi nutritionnel optimal. Jolly bread, la préparation pour pain nordique qui permet de compléter ses besoins en vitamine B12. 
  • Magnésium: Addict du chocolat ? Nos bouchées enrichies en magnésium, Broonies magnésium, vous aideront à faire le plein d’énergie ! 

Veillez cependant à vous renseigner auprès d’un professionnel de santé avant de prendre un quelconque complément alimentaire pendant l’allaitement. Tous les produits ne sont pas forcément adaptés, pour vous ou votre bébé. Ils peuvent contenir des substances ou dosages qui sont déconseillés pendant l’allaitement. Ainsi, ne vous tournez pas vers n’importe quel produit « VITALITE » ou « ANTI-FATIGUE ». Demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien. Cela est également vrai pour les produits avec effet « BEAUTE », préférez plutôt des soins de beauté adaptés !

Pourquoi prendre des compléments alimentaires pendant l’allaitement ?

Les mamans allaitantes ont des besoins nutritionnels spécifiques et plus élevés qu’en temps normal. Par exemple, le besoin en vitamine A, B6 et C, en iode et en zinc augmentent de plus de 50 % pour les femmes allaitantes ! La concentration en certains nutriments peut varier en fonction de l’apport maternel, tandis que d’autres resteront stables au détriment des réserves corporelles de la mère. Une bonne nutrition est essentielle pendant cette période, mais l’alimentation seule ne suffit pas toujours (aliments transformés, épuisement des sols, etc contribuent à l’appauvrissement en nutriments). Une supplémentation est à envisager pour limiter tout risque de carence, qui augmentera notamment la fatigue et le stress. 

Comment stimuler sa lactation ?

La baisse de la production de lait est un problème très courant pour de nombreuses mères rencontré au quotidien pendant l'allaitement.

Les galactogogues sont des aliments ou des plantes qui contribuent à augmenter la production de lait maternel. Avant de consommer des galactogènes, il est essentiel de s'attaquer à la racine du problème et de comprendre pourquoi votre production est faible. Rapprochez vous d’un spécialiste de l’allaitement, comme une consultante en lactation IBCLC. Aucun produit avec des galactogènes ne compensera un manque de tétées ou un problème de prise du sein.

 

Il est également courant d'éprouver des inquiétudes quant à sa production lorsque le lait passe en production autocrine. Lorsque la montée de lait commence à se réguler (entre 8 et 12 semaines environ après l'accouchement pour s’adapter aux besoins de votre bébé), vos seins seront moins engorgés et pourront vous paraitre plus mous. Il est essentiel de ne pas confondre ce phénomène avec une baisse de l'offre, mais plutôt avec une adaptation réussie de votre corps à l'offre et à la demande.

 

Avec l’aide d’une consultante en allaitement, vous pouvez naturellement stimuler votre production de lait, en allaitant à la demande par exemple, ou en pratiquant les tétées alternées. Le bon accompagnement peut faire d'ailleurs toute la différence ! Vous avez la possibilité de réserver une consultation SOS allaitement sur le site avec notre consultante en lactation IBCLC.

 

Certaines mamans ont recours à des galactogènes pendant l’allaitement, ce sont des composés qui pourraient aider à booster la production de lait. On trouve traditionnellement le fenouil, le fenugrec, le carvi ou encore le chardon béni qui pourraient avoir des effets. Nous vous recommandons de les consommer avec modération, et d’éviter les compléments alimentaires qui en contiennent car les doses sont souvent élevées et concentrées. Le moringa est aussi recommandé, car il y a des études d’efficacité chez les mamans. Dans l’alimentation, tournez-vous vers l’avoine, les graines de lin ou encore la levure de bière qui peuvent vous aider.  

Comment les galactogènes peuvent-ils m’aider dans mon allaitement ?

Un aliment est dit « galactogène » lorsque sa consommation permet d’augmenter la production de lait chez les jeunes mamans allaitantes.

 

Avant de penser à prendre des galactogènes : 

On s’assure que bébé a une bonne prise du sein (on consulte une IBCLC si besoin)
- On se relaxe, on s’installe confortablement
- On allaite à la demande sans regarder l’heure
- On augmente la fréquence des tétées
- On favorise le peau à peau

 

Certains galactogènes, comme le moringa ou la levure de bière peuvent aider, mais attention à ne pas trop en consommer. Rapprochez vous toujours d’un professionnel de santé avant d’en consommer.

Comment s'organiser pour continuer l'allaitement avec le retour au travail ?

Pour les mamans qui retournent travailler après leur congé maternité et qui souhaiteraient continuer à allaiter, tirer son lait maternel permet de continuer la lactation, et de prolonger l’allaitement sur la durée.

Retourner au travail et continuer d'allaiter peut être un défi. Pourtant, des études récentes ont montré que les mamans qui continuaient à allaiter leur enfant après leur retour au travail s’absentent moins pour s’occuper de leur enfant malade (presque 3 fois moins, du fait des effets immunitaires protecteurs du lait maternel).

Le vrai secret pour concilier allaitement et retour au travail est de savoir que c’est possible. Vous n'êtes pas obligée d'arrêter l'allaitement et de sevrer votre bébé. Suivez notre BACK TO WORK challenge pour vivre cette transition au mieux !

Quels sont les bienfaits de l’allaitement maternel pour le bébé et la maman ?

Les bénéfices de l’allaitement maternel sont nombreux.

 

Pour votre bébé :

  • Le lait maternel est le seul aliment conçu spécifiquement pour lui. Il le protège et l'aide à construire son système immunitaire.
  • Il permet au bébé d'avoir une flore intestinale plus développée et possiblement moins de maladies (diarrhée, allergies, etc)
  • Allaiter améliorerait son comportement alimentaire, réduirait le risque d'obésité, réduirait le risque de diabète de type 2, d’asthme et d’eczéma, de malocclusions, de mort inattendue du nourrisson, de constipation.

    Il est disponible en tout temps, gratuitement et à la bonne température.

     

Pour vous :

  • Allaiter diminue le risque de développer un cancer du sein hormono-dépendant ou de cancer de l'ovaire, d'ostéoporose. Cela impacte votre humeur : il diminue le risque de dépression sévère. L'allaitement accélère également votre rétablissement après l’accouchement et le retour de l'utérus à sa taille d’avant, et retarde le retour de  règles. 
  • En allaitant vous utiliser naturellement jusqu'à 500 calories par jour, ce qui aide à perdre du poids naturellement.
  • Et enfin allaiter vous permet de faire des économies : le coût des préparations pour nourrissons, de l’eau, et du matériel nécessaire est estimé à environ 600€ pour les 6 premiers mois !


Pour vous deux : 
L'allaitement peut créer un lien physique et affectif fort entre vous et votre bébé (même si on peut bien sûr développer un lien fort en donnant le biberon), et vous donner un grand sentiment d'accomplissement.

Comment se préparer à l'allaitement ?

Voici nos conseils pour se préparer au mieux à l'allaitement, et mettre toutes les chances de votre côté si c'est votre souhait !

  • Parlez à votre médecin de votre intention d'allaiter et renseignez vous sur l'accompagnement à l'allaitement là où vous avez prévu d'accoucher, si vous n'accouchez pas à la maison. Certains hôpitaux et maisons de naissance "amis des bébés".ont pris des mesures particulières pour créer le meilleur environnement possible pour favoriser l'allaitement. 
  • Suivez un "cours" sur l'allaitement pour vous offrir (ainsi que votre partenaire) la possibilité de se préparer et de poser des questions avant l'arrivée du bébé. Les vidéos de Carole Hervé sont extrêmement bien faites. Consultez nos ebooks gratuits sur l'allaitement et notre blog.
  • Trouvez une consultante en lactation avant la naissance. Vous pouvez établir une relation avec une consultante en lactation avant l'arrivée de votre bébé afin de disposer d'un soutien après sa naissance.
  • Parlez à votre sage-femme, consultante IBCLC ou gynécologue. Discutez de toute opération ou blessure au sein que vous avez pu subir. Si vous souffrez de dépression ou si vous prenez des compléments alimentaires ou des médicaments, parlez à votre médecin des traitements qui peuvent être compatibles avec l'allaitement, il en existe toujours. Le site du CRAT est une grande aide en la matière.
  • Dites à l'équipe médicale que vous souhaitez allaiter dès que possible après l'accouchement. L'instinct de succion est très fort au cours de la première heure de vie du bébé et une mise au sein dans la première heure de vie peut vraiment favoriser une bonne mise en route des choses.
  • Parlez à des amies qui ont allaité ou envisagez de rejoindre un groupe de soutien à l'allaitement. 
  • Procurez-vous les articles dont vous pourriez avoir besoin pour allaiter, tels que des soutiens-gorge d'allaitement, et des snacks pour avoir toujours de quoi grignoter si vous avez faim !

Quels aliments éviter pendant l'allaitement ? Peut-on manger de tout quand on allaite ?

On fait le point sur l'alimentation pendant l'allaitement. Comme le souligne le Dr Jack Newman, les femmes qui allaitent n’ont pas à être “des saintes”. 
- Affirmer que si l’alimentation d’une jeune mère allaitante n’est pas “parfaite”, son lait sera de mauvaise qualité est complètement erroné.
- L’allergie au lait maternel n’existe pas ; seule une maladie rare, la galactosémie contre-indique l'allaitement chez le nourrisson car celui-ci ne peut pas digérer un sucre spécifique.
- Le lait maternel n’est pas responsable du reflux, des régurgitations ou encore des coliques.
- Le lait maternel n’empêche pas votre bébé de bien dormir, ni ne le rend dépendant de vous pour s’endormir.
- Les bébés nourris avec des préparations pour nourrissons ne font pas leurs nuits plus tôt.
- Une consommation modérée de café est autorisée.
- La science ne valide pas le lien entre la consommation de certains aliments (le chou par exemple) et les gaz du bébé.
- Manger épicé est autorisé quand on allaite.
- Les condiments et autres aliments au goût prononcé comme l’ail par exemple peuvent être consommés quand on allaite.

Comment savoir si mon bébé boit suffisamment de lait maternel ?

Pendant le premier mois de vie, si le transfert de lait se fait bien, un bébé allaité va :

- Mouiller entre 6 à 8 couches par jour (les urines sont abondantes et claire),

- Faire 3 selles en 24 heures, jusqu’à 8 par jour, pour diminuer à la fin du premier mois (6 par jour à 1 par semaine)

- Après l’évacuation du méconium vers le 5 jour, les selles sont liquides et grumeleuses, et leur couleur peut aller de jaune d’or à marron vert. Les selles sont aussi grosses en moyenne que sa paume

- Le poids de naissance est à nouveau normalement atteint entre 4 et 8 jours de vie (maximum en 10 jours).

Quelle est la meilleure position pour allaiter mon bébé ?

Il existe plusieurs positions pour allaiter. Certaines seront plus adaptées la nuit, ou en fonction de votre expérience avec l’allaitement. N’hésitez pas à vous faire accompagner par une consultante en lactation. L'important est d'abord de bien vous installer pour vous sentir bien : 
–    Vérifiez que vous avez tout à portée de main: de l’eau, un snack et éventuellement, de la musique…
–    Installez-vous dans un endroit calme.
–    Prenez soin de bien vous installer et d’être bien calée avec des coussins (vous ne devez ressentir aucune tension).
–    Quelle que soit la position choisie pour mettre votre bébé au sein, sa tête, son cou et sa colonne doivent être bien alignés, et sa tête doit se situer à hauteur de votre sein.
–    Son oreille ne doit pas toucher votre épaule.

Nos produits pour soutenir votre allaitement

Nos produits sont pensés pour vous soutenir durant cette période très intense nutritionnellement. Ils contiennent des vitamines (comme la vitamine B9 ou acide folique), des minéraux comme l’iode, le magnésium, la choline ou du DHA, un acide gras oméga 3 qui contribue au développement normal du cerveau et de la vision du bébé allaité et également à lutter contre le mommy brain. Le plus important est de bien vous nourrir, et de consommer tous les nutriments essentiels pour vous éviter les carences, fatigue, etc.

 

Et bien sûr, comme le bon accompagnement peut faire toute la différence dans votre allaitement, consultez toutes nos ressources sur le blog ou réserver une consultation avec une de nos consultantes IBCLC !


Quels sont les inconvénients de l'allaitement maternel ?

Il n'y a pas d'inconvénients à l'allaitement maternel, cela reste le mieux pour vous et votre bébé. Il existe toutefois de nombreux défis pendant l'allaitement auxquels plusieurs solutions peuvent être proposées pour accompagner les mamans. 

Comme le souligne le Dr Jack Newman, les femmes qui allaitent n’ont pas à être “des saintes”. Affirmer que si l’alimentation d’une jeune mère n’est pas “parfaite”, son lait sera de mauvaise qualité est complètement erroné.

Une sensibilité accrue des mamelons peut être ressentie dans les jours qui suivent la naissance. Mais allaiter ne doit pas faire mal ! Les crevasses ne sont pas inévitables. Elles sont souvent dues à une mauvaise position d’allaitement ou un problème de succion, et elles peuvent être traitées.

 

Quelle est la durée idéale de l'allaitement ?

Il n’y pas de bon âge pour allaiter ou arrêter l’allaitement. 
Les bénéfices de l’allaitement sont dose-dépendants, c’est à dire que plus longtemps on allaite et plus les bénéfices sont visibles chez le bébé comme chez sa maman.
La bonne durée est celle qui vous convient comme à votre bébé, dans un équilibre qui se construit au jour le jour. 
L’OMS recommande un allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois, et une poursuite de l’allaitement jusqu’à au moins 2 ans.
Après 6 mois, et jusqu’à 1 an, le lait maternel ou les préparations pour nourrissons, doivent rester l’alimentation de base de votre bébé
Votre lait maternel restera toujours nourrissant et toujours adapté pour votre bébé, quel que soit son âge !

 

Quand donner le sein ? A quelle fréquence allaiter ?

On donne le sein à la demande ; on parle même souvent de le faire téter au moindre signe d’éveil pendant les premiers mois au moins.
A la naissance, il est tout à fait normal qu’un bébé tète une bonne douzaine de fois par 24h, voire beaucoup plus.
On n’attend pas qu'il pleure pour le mettre au sein ; il est alors tellement désorganisé que le faire téter est plus compliqué. 
On profite même de son état de somnolence et de sa succion réflexe pour l’approcher du sein en cas de difficulté (faible prise de poids, douleur).
Donner un rythme est un des pires conseils en matière d’allaitement. Chercher à régler votre enfant en espaçant les tétées de 2-3 heures contredit la règle universelle de l’allaitement à la demande qui permet au bébé de se réguler de lui-même avec le temps.

 

Comment arrêter l'allaitement et sevrer bébé ?

Si vous souhaitez arrêter l'allaitement et sevrer votre bébé, ne vous conseillons de diminuer la durée des tétées et garder le contact avec votre bébé (portage, bercements etc.) afin de rendre plus facile cette transition.

Reprendre l’allaitement est toujours possible ! Si vous avez commencé à sevrer votre enfant, vous pouvez stimuler à nouveau votre lactation en le mettant le plus fréquemment possible au sein.

Lire plus
À TESTER Gamme anti fatigue
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
FR
Voir toute la gamme