Ne vous inquiétez pas si:

  • vous avez oublié de prendre vos suppléments un jour
  • vous n’avez pas encore pris de supplément, il n’est jamais trop tard pour commencer !

Un bon supplément contient:

  • des vitamines B sont sous forme active (pas d’acide folique)
  • de la vitamine D3 et non de la D2.
  • du DHA et de la choline

Take care mama.

Avant de prendre des compléments alimentaires, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin.

Comment choisir ses vitamines de grossesse ?

Que ce soit sous forme de gélule, de poudre, d’ampoule ou autres, on se retrouve vite perdue face à la composition des suppléments alimentaires. Avec les formes de vitamines et de minéraux souvent à rallonge, les doses pas toujours très compréhensibles… pas facile de choisir son supplément prénatal. Pas de panique, on vous aide à comprendre la nécessité de ces suppléments et les éléments vraiment importants à regarder pour faire le meilleur choix de complément.

Avant toute supplémentation: l’alimentation

Une alimentation variée et équilibrée est à la base d’une bonne santé: prendre des gélules et des suppléments n’est qu’un bonus. Les compléments alimentaires sont comme un toit sur une maison: sans base solide, ils ne tiennent pas.

 

En théorie, l’approche “food-first” suffit à vous prodiguer tous les nutriments dont votre corps a besoin et les suppléments ne sont pas obligatoires pour avoir une grossesse saine où tous les besoins sont couverts.

 

En revanche, pendant la grossesse, les besoins en vitamines et minéraux augmentent à tel point qu’il devient parfois compliqué de couvrir tous ses besoins uniquement via l’alimentation, d’autant plus que les légumes et les fruits sont aujourd’hui nettement moins riches en nutriments qu’il y a quelques décennies. En effet, les processus de raffinage et d’industrialisation éliminent en grande partie les vitamines et minéraux des aliments.

 

Si vous ne souhaitez pas prendre de vitamine prénatale, il convient de n’éliminer aucun aliment de votre régime. Chaque groupe d’aliments (légumes, poissons, viandes, œufs, féculents, fruits et produits gras) est important et apporte des vitamines et des minéraux essentiels au bon maintien de votre grossesse. Si vous ne vous supplémentez pas, prenez conseils auprès d’un spécialiste en nutrition pour vous assurer que vos besoins et ceux du bébé sont bien couverts.

Pourquoi prendre des vitamines ?

Lors de la grossesse vos besoins changent et ceux de votre bébé aussi. Pour certaines vitamines ou minéraux, les besoins augmentent du simple au double voire au triple ! Une supplémentation adaptée est une assurance pour couvrir tous les besoins durant cette période très sensible de la grossesse.

Les carences en vitamines et minéraux sont très répandues

De nombreuses femmes entrent dans leur grossesse avec des carences. Même si vous mangez équilibré, ces carences vont s’intensifier pendant la grossesse.

 

De plus, des études récentes montrent que l'apport de certaines vitamines et minéraux durant la grossesse est largement sous-estimé et que ces besoins sont beaucoup plus élevés que les recommandations. 
Par exemple, les recommandations de l’ANSES [1] en ce qui concerne l’apport de choline seraient près de deux fois inférieures aux réels besoins pendant la grossesse (930 mg contre 480 mg) [2] ! 
 

Pour la vitamine B12, les besoins seraient également largement sous-estimés et près de trois fois supérieurs aux recommandations des autorités de santé [3]. D’autre part,  une alimentation optimisée et avec une augmentation de calories ne permet pas de couvrir 100% des besoins en certains nutriments essentiels, par exemple : plus de 50% des femmes enceintes ont des apports insuffisants en DHA, vitamines B1,B2 et B6 ; et plus de 75% ont des apports insuffisants en vitamine B9, vitamine D et iode [4].

Une grossesse avec moins de complications

Les nombreuses études suggèrent une diminution des complications de grossesse avec l'utilisation vitamines prénatales. Par exemple, des recherches ont établi que des apports satisfaisants en choline pendant la grossesse diminuent le risque d’anomalie du tube neural [5], diminuent les taux d’hormone du stress [6] et améliorent la cognition pendant l’enfance [2]. 

Les nutriments dont on a besoin

Pour savoir quel supplément est le plus adapté pour vous, l’idéal est de savoir quel est votre réel besoin en vitamines et minéraux et donc de faire une analyse en laboratoire. Même si l’idéal est de connaître son besoin pour l’ensemble des minéraux et des vitamines, c’est souvent difficile.

 

Si vous deviez vous faire tester uniquement pour deux minéraux pendant votre grossesse, ça serait pour le fer et la vitamine D. Une étude a en effet démontré la nécessité pour les femmes enceintes de connaître leur statut de fer pendant la grossesse [7]. Pour que ce statut soit correctement évalué, les analyses doivent déterminer a minima les taux de ferritine. Demandez conseil à votre médecin pour l'évaluation du statut du fer.
L’apport en vitamine D est non seulement influencé par votre régime alimentaire mais aussi par votre exposition au soleil, votre lieu de vie et même par votre couleur de peau [8]. Les besoins en vitamine D varient donc fortement d’une femme à une autre. Pour savoir quelle dose de vitamine D vous est utile, il est nécessaire de tester vos besoins en vitamine D.

Attention à ne pas vous auto-complémenter

Avant de prendre un quelconque complément alimentaire, nous vous conseillons de consulter un professionnel de santé qui pourra vous aiguiller sur ce qui est le plus adapté pour vous et votre bébé. Il faut faire attention à ne pas cumuler les sources de vitamines et minéraux sans un suivi biologique complet et régulier.

Quel est le meilleur supplément prénatal ?

Si vous avez déjà entendu qu’un supplément est le “meilleur complément prénatal”, c’est faux. Il n’existe aucun supplément miracle qui répondra parfaitement à vos besoins.

 

Nous sommes toutes différentes sur le plan nutritionnel, selon nos régimes alimentaires et selon notre organisme. Il est ainsi très difficile de faire une recommandation générale en ce qui concerne la prise de vitamines prénatales. Par contre, il est possible de choisir son supplément avec les formes de vitamines et de minéraux les plus assimilables et biodisponibles et sans effet secondaire pour l’organisme.

Comment choisir son supplément prénatal ?

Assurez-vous que le supplément soit testé par un tiers

 

Les analyses par des organismes extérieurs sont gages de qualité pour le supplément. 

 

Assurez-vous que les vitamines B soient sous forme active.

 

Pour la vitamine B9, préférez la forme 5-méthyltétrahydrofolate ou acide (6s). A ne pas confondre avec l’acide folique non biodisponible.

Préférez aussi la méthylcobalamine aux autres formes pour la vitamine B12.

Pour la vitamine B6, cherchez la forme pyridoxal-5-phosphate.

 

Préférez la vitamine D sous forme D3

 

La vitamine D3 est plus efficace que la vitamine D2 pour augmenter et maintenir les niveaux de vitamine D dans l’organisme [9].

 

On choisit bien sa forme de vitamine K

 

La vitamine K2 est beaucoup mieux absorbée par l’organisme que la vitamine K1, et elle a une durée de vie plus longue. On choisit également la forme vitamine K2 MK7 qui est la plus bioactive [10].   

 

Attention au fer
 

La demande en fer augmente pendant la grossesse [11]. Il est important d’avoir une consommation de fer suffisante pour soutenir l'expansion du volume sanguin, la fonction thyroïdienne et immunitaire, pour lutter contre la fatigue, et pour permettre un développement du cerveau du bébé adéquat [12].

 

Cependant, de nombreuses femmes n’ont pas besoin de se supplémenter car elles consomment assez de fer dans leur alimentation et pour celles qui ont besoin de se supplémenter, la quantité de fer nécessaire varie fortement d’une personne à une autre.  De plus, des doses élevées en fer peuvent générer un stress oxydatif, ce qui a pour conséquence d’altérer le microbiote intestinal [11].
 

Ainsi, il est important de faire tester son statut en fer et d’en discuter avec un professionnel de santé avant toute supplémentation. Idéalement, consultez un professionnel de santé spécialisé en nutrition qui vous encouragera à faire des analyses complètes (ferritine, fer sérique, transferrine, coefficient de saturation de la transferrine, capacité totale de fixation de la transferrine, récepteur soluble de la transferrine) et qui saura les interpréter en fonction de votre contexte personnel.


Veillez aussi à ne pas consommer de fer médicamenteux pro oxydants et privilégiez le fer sous forme bisglycinate qui sera le mieux absorbé et toléré par l’organisme [13].


<span> Et n’oubliez pas: le mieux est de vous supplémenter selon vos besoins. </span>

 

Une supplémentation en calcium n’est pas toujours nécessaire

 

La plupart des femmes consomment généralement suffisamment de calcium dans leur alimentation et pendant la grossesse, l'efficacité de l'absorption intestinale du calcium double ce qui fait qu'une supplémentation n'est généralement pas nécessaire [14].

 

Assurez-vous que l’huile qui apporte le DHA soit de haute qualité

 

Afin d’éviter l’oxydation de l’huile et donc la dégradation des composés, l’huile doit être stable dans le temps. Vous pouvez pour cela utiliser l’indicateur TOTOX. Pour que l’huile soit la plus stable et la plus fraîche, l’indice TOTOX doit être le plus faible possible. Si l’huile est issue du poisson, vérifiez bien qu’elle ait des certifications de qualité, de pureté et d’absence de polluants.

 

Assurez-vous que le complément contienne de la choline

 

Ce nutriment essentiel n’est présent que très rarement dans les suppléments prénataux malgré le rôle primordial qu’il joue dans le développement de bébé. Il contribue entre autres à diminuer le risque d’anomalies du tube neural au même titre que la vitamine B9. Pour en savoir plus sur la choline, allez voir notre article sur la choline et la grossesse.

 

Checker les doses des nutriments

 

Pour qu’un supplément soit efficace, la forme des nutriments ne suffit pas. Les quantités sont aussi importantes. 

Assurez-vous ainsi que votre complément couvre vos besoins et contienne au minimum:

- 400 µg de folates

- 80 mg de choline

- 200 mg de DHA

- 150 µg d’iode

 

Méfiez-vous des compléments alimentaires qui prônent la naturalité à tout va. Sous forme naturelle, la plupart des vitamines et minéraux contiennent beaucoup moins d’actifs que sous forme artificielle. Les formes naturelles ne suffisent parfois pas à couvrir vos besoins.

Il en est de même avec les gummies, une forme de complément qui autorise que très peu de quantités d’actifs dans sa formulation et sont souvent remplis de sucre... Faites donc attention à la quantité des nutriments que contiennent vos suppléments !

Quand et comment prendre son complément prénatal ?

Le plus tôt possible


Tout d’abord, sachez qu’il n’est jamais trop tard pour prendre un supplément prénatal. Bien sûr, plus tôt vous commencerez, mieux votre grossesse se portera. L’idéal est de commencer à prendre des suppléments avant même que vous soyez enceinte: pour corriger vos éventuelles carences et pour que vous soyez dans les meilleures conditions nutritionnelles pendant la conception.

 

Quand consommer le supplément dans la journée ?
 

Une prise trop proche du moment du coucher peut affecter le sommeil chez certaines personnes. Si c’est votre cas, évitez alors la prise de supplément en soirée. 
A part cela, il n’existe pas de meilleur moment pour prendre votre supplément, certaines préfèrent le prendre au saut du lit, tandis que d’autres le prennent le midi au cours de leur repas. Le plus important n’est pas tellement l’heure à laquelle vous prenez vos suppléments dans la journée. Ce qui importe réellement c’est de les prendre de façon régulière et assidue.


Ne vous inquiétez pas si:
 

Vous avez oublié de prendre vos suppléments un jour.
Ce n’est pas dramatique d’oublier de prendre ses vitamines un jour ! Si cela vous arrive, assurez-vous de manger de façon variée et équilibrée en quantité suffisante et de boire suffisamment d’eau. N'oubliez pas que la nourriture est beaucoup plus importante que vos suppléments.

Baby bump, le jolly supplément prénatal

Nous avons voulu formuler un complément qui contient la majorité des vitamines et minéraux essentiels pendant la grossesse et à des doses efficaces. Avec seulement 2 gélules par jour, Baby Bump couvre plus de 100% des besoins pour toutes les vitamines du groupe B, 500% de vitamine D3, près de 100% de vitamine K et 250% de vitamine B9. Il couvre également plus de 100% des besoins en iode et en sélénium et 50% des besoins en zinc. Il ne remplace pas une bonne alimentation qui doit rester notre source principale de nutriments, mais il est une “assurance” dans cette période si sensible et particulière.

 

Un complément avec les formes d'actifs les plus efficaces et les plus biodisponibles

- la forme 5-MTHF pour la vitamine B9, 
- la forme méthylcobalamine pour la B12, 
- la forme pyridoxal-5-phosphate pour la B6,
- la forme D3 pour la vitamine D,
- la forme K2 MK7 pour la vitamine K,
- la forme bisglycinate pour le zinc,
- la forme sélénométhionine pour le sélénium,
- la forme bitartrate pour la choline.
- du DHA provenant d’huile de poisson de haute qualité (Qualitysilver®, un process breveté qui fait que l'huile est stable et durable dans le temps), fabriquée en France, sans polluants et avec un indice TOTOX bas (indicateur qui indique l’oxydation totale de l’huile et donc sa fraîcheur).

 

Une gélule sélectionnée avec attention
Si la plupart des gélules trouvées sur le marché ne permettent pas une bonne absorption des vitamines liposolubles (vitamines A, E, D et K), Baby Bump permet une assimilation optimale de toutes les vitamines et minéraux, grâce à l’huile de poisson. Nous avons choisi une gélule de gélatine de poisson car celle-ci permet de protéger au mieux l’huile de l’oxydation, ce qui n’est pas le cas des gélules véganes.

 

Une gélule sans fer mais…
Si notre supplément prénatal de contient pas de fer, nous proposons d’autres produits qui en contiennent. Nous vous proposons de Jolly produits contenant la forme de fer bisglycinate (et qui couvrent 50% de vos besoins en fer), parce que nous voulons ce qu’il y a de mieux pour vous et votre bébé.
Granochoc, notre granola gourmand au cacao et noix de coco et Croquantissime, notre snack aux délicieuses notes d’amandes et de noisettes permettent chacun de couvrir 50% de vos besoins en fer. C’est la forme bisglycinate qui est utilisée dans nos produits, une forme qui épargne votre système digestif contrairement aux formes citrate et gluconate qui peuvent générer des problèmes gastriques [15],[16].

Conclusion

Pendant la grossesse, les besoins en vitamines et minéraux augmentent et les suppléments prénataux aident à couvrir les besoins de votre corps et ceux de bébé.
Take care mama. L’alimentation doit rester la plus équilibrée et variée possible pour vous apporter le plus de nutriments possible.

 

Attention à ne pas vous auto-complémenter, les compléments alimentaires ne sont pas anodins, peuvent interférer avec d’autres compléments, des aliments et des médicaments, ou ne pas être adaptés à votre situation personnelle, sans compter qu’il faut bien les choisir et adapter les dosages. Il est donc préférable de se faire conseiller par un praticien de santé spécialisé en nutrition (naturopathe ou nutrithérapeute par exemple), notamment si vous êtes enceinte ou si vous allaitez.

 

Marion Baudier-Melon est nutrithérapeute spécialisée dans les problèmes hormonaux féminins. Formée à Londres et ayant elle-même souffert de dysfonctionnements hormonaux (endométriose, acné, chute de cheveux), elle propose des consultations et du contenu éducatif (conférences, ebooks…) pour aider les femmes à surmonter leurs problèmes hormonaux avec l’alimentation et les compléments alimentaires. Ses domaines de prédilection : endométriose, SOPK (syndrome des ovaires polykystiques), SPM (syndrome pré-menstruel), règles difficiles, aménorrhée, fibromes, fertilité/conception/grossesse, problèmes de pilule ou à l’arrêt de la pilule, hypothyroïdie, acné, chute de cheveux…

SHARE

FAQ

Pourquoi se supplémenter pendant la grossesse ?

L’ANSES a émis un avis d’expertise mettant en lumière la fréquence des déficiences alimentaires en fer, iode et vitamine B9 (folates) chez les femmes enceintes, et en vitamines A et C chez les femmes allaitantes, même en cas de régime optimisé.

 

Les femmes en âge de procréer consomment la plupart des micronutriments en quantités moindres que les recommandations officielles, ce qui explique la fréquence des déficits. Cette situation a été mise en évidence par l’étude INCA 3, qui a scruté en détail les habitudes alimentaires des Français. Par exemple pour l’iode, dont les besoins sont fixés à 200μg pendant la grossesse, les apports moyens sont seulement de 129μg chez les femmes de 18 à 44 ans.

Au sein de ce groupe, les apports en vitamine B9 sont environ de 267μg, très loin des 600μg préconisés pendant la grossesse. Des apports inférieurs aux recommandations sont également observés pour le magnésium, le calcium, le fer, le cuivre, le zinc et la plupart des vitamines.

Faut-il absolument faire une analyse pour savoir de quoi notre corps a besoin ?

En théorie, il faudrait faire une analyse de tous les vitamines et minéraux en laboratoire pour connaître vos véritables besoins et donc les supplémentations nécessaires.

En pratique, c’est souvent difficile. Le plus important est donc de vous faire tester et de connaître vos besoins pour le fer et la vitamine D. N’hésitez pas à consulter un professionnel spécialisé en nutrition qui saura vous aiguiller sur les analyses à réaliser.

Je ne souhaite pas me supplémenter, est-ce possible ?

Si vous ne souhaitez pas prendre de vitamine prénatale, il convient de n’éliminer aucun aliment de votre régime. Chaque groupe d’aliments (légumes, poissons, viandes, œufs) est important et apporte des vitamines et des minéraux essentiels au bon maintien de votre grossesse. Si vous ne vous supplémentez pas, prenez conseils auprès d’un spécialiste en nutrition pour vous assurer que vos besoins et ceux du bébé sont bien couverts. Si vous suivez un régime vegan ou végétarien, un suivi est obligatoire.

Quand commencer à prendre un complément alimentaire prénatal ?

Si vous vous posez la question, c’est probablement que la réponse est maintenant ! Plus vos apports nutritionnels seront optimisés avant la grossesse, et plus vous aurez de chance de couvrir vos besoins pendant la grossesse.