Perte de cheveux en post partum : comment faire ?

La perte de cheveux en post-partum est un phénomène par lequel passent de nombreuses femme après l’accouchement. Cette chute peut s’expliquer par des changements hormonaux et de hauts niveaux de stress. Si vous rencontrez une chute de cheveux durant votre post-partum, l’objectif ne sera pas tant d’empêcher cette chute mais plutôt de favoriser leur croissance. 

L’origine de la chute de cheveux

Les différentes phases des cheveux

Le cycle pilaire est composé de 3 phases différentes [1] : 

Croissance

La phase Anagène : pousse du cheveux qui peut durer de 2 à 6 ans.

Repos

La phase Catagène : repos, qui dure environ 2 à 3 semaines où le cheveux cesse de croître.

Chute

La phase Télogène : préparation à la chute du cheveux, qui dure environ 3 mois. Environ 15% des cheveux du cuir chevelu sont généralement dans cette phase.

Ce cycle peut être affecté par différents changements : stress, carences en nutriments, pollution, fatigue, déséquilibre hormonal, etc, qui vont venir troubler la pousse, leur densité ou encore la dynamique du cycle pilaire. 

 

Comment évoluent les cheveux entre la grossesse et le post partum ?

 

La plupart des femmes souffrent d'effluvium télogène ou alopécie (chute diffuse et aigüe) pendant le post-partum. 

 

En effet, pendant la grossesse, cette phase de chute est retardée et le nombre de cheveux qui tombent est réduit, ce qui induit une augmentation de l'abondance des cheveux. 

 

Après l'accouchement, les cycles pilaires se synchronisent sur le cuir chevelu. À ce moment-là, la perte de cheveux semble abondante mais ne représente que l'élimination des cheveux supplémentaires qui avaient été maintenus en anagène (pousse) et n'avaient pas été perdus pendant la grossesse. Au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse, seuls environ 10% des cheveux sont en télogène, au lieu de 15% en général [1].

 

Pendant les premières semaines après l'accouchement, les cheveux entrent en phase télogène pour atteindre environ 30% en moyenne (soit près de 2 fois plus qu’en temps normal) après neuf semaines. Ceci explique l'observation clinique selon laquelle la chute de cheveux du post-partum se manifeste deux à quatre mois après l'accouchement. Elle se poursuit généralement pendant 6 à 24 semaines et persiste rarement au-delà [1].

 

Quelle est l’origine de ce changement dans les cheveux ?

 

Les niveaux d'hormones pendant et après la grossesse sont radicalement différents. Pendant la grossesse, on observe une augmentation progressive des hormones, avec 9 fois plus de progestérone et 8 fois plus d’oestrogènes. Une fois le placenta retiré à la naissance, les taux de progestérone et d'œstrogènes chutent et reviennent à la normale en 2 à 4 jours. La prolactine augmente également progressivement pendant la grossesse, pour atteindre une multiplication par 20 à l’accouchement. On pense que la chute de cheveux peut s'expliquer par ces variations des niveaux d'hormones chez les femmes en post-partum [2].

 

Un problème de thyroïde pourrait également être associé à une perte excessive de cheveux, en raison de niveaux physiologiquement inadéquats de thyroxine (une hormone thyroïdienne) et d'œstradiol (hormone oestrogène). Cela serait dû au fait qu’un niveau inadéquat de cette hormone thyroïdienne perturbe le métabolisme des oestrogènes [3]

 

Le stress est un facteur déterminant dans la chute des cheveux, ce qui fait qu’elle survient surtout lors du premier accouchement, lorsque le stress émotionnel est plus fort, et seulement rarement lors des grossesses suivantes [4]

Existe-t-il un traitement miracle ?

La perte de cheveux du post-partum est une condition normale après la grossesse. Peu d'articles traitent du traitement de cette affection. Des traitements sous forme de supplémentation thyroïdienne, de lotions topiques à la progestérone et à l'estradiol, et d'un contraceptif oral ont été étudiés. D'après les études disponibles, aucun traitement spécifique n'a été suffisamment étudié pour justifier une recommandation ou pour être qualifié d'efficace pour lutter contre la chute de cheveux en post partum [5].

 

Aucun traitement n'est nécessaire dans la plupart des cas. Les cheveux tombent lorsqu'un nouveau cheveu poussant en dessous les repousse. Ainsi, dans ce type de perte, la chute est un signe de repousse [6]

 

Malheureusement, il ne semble pas y avoir de solution prometteuse qui puisse stopper net le processus de perte de cheveux post-partum, qui résulte de changements hormonaux normaux et du stress engendré. 

Quelle nutrition contre la chute de cheveux post partum ?

Bien qu’on ne puisse pas empêcher ce phénomène de se produire, il pourrait être possible de tenter de le limiter ou en tout cas de favoriser la repousse des cheveux avec la nutrition ! 

 

Les vitamines du groupe B

 

La biotine contribue au maintien de cheveux normaux, car elle régule l’expression des protéines, dont la kératine [7]. Dans des follicules pileux isolés de mouton, l'incubation dans des solutions contenant de la biotine a entraîné une augmentation de la concentration d'ADN et de la synthèse des protéines [8].

 

Did you know ? Nos poudres Golden Mama et Mamaload sont riches en biotine (1 dose couvre 100% des apports journaliers recommandés en biotine ! ).

 

Le rôle des folates et de la vitamine B12 dans la production d'acides nucléiques pour l’ADN suggère qu'ils pourraient jouer un rôle dans la prolifération du follicule pileux [9].

 

Quelques aliments qui en sont riches : céréales complètes, légumes verts à feuilles, noix, amandes, pistaches, œufs, viande. 

 

Fer 

 

Après l’accouchement car vous avez perdu une quantité importante de sang pendant le travail qui s’est accompagnée d’une perte en fer. Or la carence en fer est une cause bien connue de la chute des cheveux. 

 

Bien que le mécanisme d'action par lequel ce nutriment influe sur la pousse des cheveux ne soit pas connu, les cellules du follicule pileux comptent parmi les cellules qui se divisent le plus rapidement dans l'organisme, et la carence pourrait contribuer à la chute des cheveux par son rôle sur une enzyme qui joue sur la vitesse de synthèse de l'ADN [10].

 

Par ailleurs, de nombreux gènes ont été identifiés dans le follicule pileux humain et certains peuvent être régulés par ce nutriment [11].

 

Quelques aliments qui en sont riches : lentilles, foie, crevettes, agneau, bœuf, épinards, noix.

 

Couplez vos apports de fer à de la vitamine C pour augmenter son absorption (bonus : la vitamine C favorise la synthèse de collagène !).

 

Collagène

 

Les cheveux sont principalement constitués de la protéine kératine. Votre corps utilise plusieurs acides aminés pour fabriquer la kératine, dont certains se trouvent dans le collagène.

 

Le collagène est principalement composé de proline qui est le principal composant de la kératine [12]. Par conséquent, sa consommation pourrait fournir à votre corps les éléments de base dont il a besoin pour générer de nouveaux cheveux.

 

Un déséquilibre en antioxydant peut aussi perturber la croissance des cheveux [13], or le collagène a une forte activité anti oxydante ce qui pourrait permettre de contribuer à des cheveux sains [14].

 

Besoin de collagène ? Nos poudres Golden Mama et Mamaload contiennent du collagène (3g de collagène par dose) et de la biotine, pour contribuer au maintien de vos cheveux.

Bonus : notre bouillon Mama poule contient également du collagène et est riche en protéines, l’idéal en post partum !  

 

Zinc

 

Le zinc est un composant essentiel de nombreuses enzymes importantes dans la synthèse des protéines et la division cellulaire [15]. Il joue également un rôle dans les voies qui régissent le développement du follicule pileux [16].

 

La carence peut générer un effluvium télogène et des cheveux cassants. Pendant la grossesse, vous avez puisé dans vos réserves pour le transmettre au placenta. La supplémentation en zinc pour pallier la carence peut permettre de remédier à ces problèmes capillaires [17].

 

Consommez des fruits de mer, du foie, des légumes secs, des noix, des graines de courge et des céréales complètes comme le riz complet.

 

Les acides gras

 

Une carence en acides gras essentiels polyinsaturés, l'acide linoléique (oméga 6) et l'acide alpha-linolénique (un oméga 3), peut résulter dans des changements capillaires dont la perte et l’éclaircissement des cheveux et des sourcils. Les acides gras insaturés peuvent moduler l'action des androgènes (or les hormones androgènes favorisent la chute des cheveux) [18]. De plus, l'acide arachidonique, un acide gras oméga 6 qu’on trouve entre autres dans les œufs, peut favoriser la pousse des cheveux en augmentant la prolifération des follicules [19].

 

Did you know? Tous nos carrés sont source d’oméga 3 (acide alpha linolénique), et nos carrés allaitement et Pre et post natal sont riches en oméga 3 : chaque carré contient 200 mg de DHA !

 

Vitamine D

 

Des données provenant d'études animales suggèrent que la vitamine D joue un rôle dans le cycle du follicule pileux [20]. Des études ont montré qu’il y avait des récepteurs de la vitamine D dans les cellules en phases de croissance du cycle pilaire, ce qui fait que l’apport en vitamine D pourrait permettre la pousse des cheveux [21].

 

Quelques aliments qui en sont riches : produits laitiers, jaune d'œuf, poissons, morue et huile de foie de morue.

 

La curcumine, un actif présent dans le curcuma, aide à activer les récepteurs de la vitamine D [22], ce qui pourrait indirectement aider à la pousse des cheveux. Une étude mentionne même que le curcuma aurait des propriétés stimulantes pour les cheveux [23]

 

Bonus : notre poudre Golden Mama contient du collagène, de la biotine et du curcuma !

Quelle nutrition pour ses hormones ?

Les changements hormonaux sont probablement la principale cause de cette chute en post partum. Pour essayer de diminuer cet effet, vous pouvez consommer du magnésium (faites le plein de magnésium avec nos Broonies) et de la vitamine B6 qui vous aideront à équilibrer vos hormones.

 

Sachant que le stress peut également être une cause de la perte de cheveux en post partum, diminuer ses niveaux pourrait être bénéfique. Les études montrent qu’une augmentation des apports en magnésium est bénéfique chez des sujets stressés [24].  L’effet combiné du magnésium et de la B6 pourrait également aider en cas d’anxiété [25]. Vous pouvez également essayer le yoga ou la méditation. 

 

Pour cela vous pouvez consommer des aliments tels que : menthe, romarin, foie de veau ou de dinde, saumon et maquereau, graines et oléagineux, poivrons, choux de Bruxelles, poireaux, banane. 

Quels ingrédients naturels pour aider vos cheveux ?

Les plantes riches en silice

Le silice pourrait être utile. Les études montrent que les mèches à forte teneur en silicium ont tendance à avoir un taux de chute plus faible et une plus grande brillance [26]. Par exemple, la silice contenue dans la prêle [27] aide à maintenir les cheveux, les ongles et la peau dans des conditions optimales. Le bambou contient également de hauts niveaux de silice [28].
Attention, le bambou est déconseillé pour la femme enceinte. 

Le ginseng

Le ginseng est une plante intéressante également pour booster la pousse. Le ginsénoside (un composé actif du ginseng) est capable d'augmenter la longueur de la tige du cheveu, sa durée de vie et il stimule l'allongement de la tige du cheveu dans des cultures de vibrisses de souris. Il favorise également la prolifération des cellules du follicule dermique humain et des kératinocytes et améliore l'induction de l'anagène ou l'accélération de la croissance des cheveux chez la souris [29].
On évite le ginseng pendant la grossesse et l'allaitement car les résultats de sécurité sont mitigés. 

Le ginkgo

Les études montrent que les extraits de ginkgo [32] permettraient de stimuler la pousse.
Attention : évitez la feuille de ginkgo si vous êtes enceintes (elle aurait des propriétés antiplaquettaires [33], serait un emménagogue et pourrait provoquer des changements hormonaux [34]). Si vous allaitez, les données actuelles ne permettent pas de dire si le ginkgo est sans danger ou non pour vous et votre bébé.

L’ortie

Les études montrent que les extraits d’ortie [35] permettraient de stimuler la croissance.
Enceinte, l’ortie est également à éviter (potentiel abortif et emménagogue [36], effet oestrogénique [37], or durant la grossesse on évite d'utiliser des plantes avec un effet hormonal). Il n'existe aucun rapport dans la littérature scientifique indiquant que la feuille d'ortie est sans danger ou contre-indiquée pendant l'allaitement.

L’ail

Dans une étude contrôlée et randomisée, ils ont montré que la consommation de poudre d’ail augmentait significativement la pousse des cheveux, en comparaison du placebo qui n’a eu aucun effet, ce qui pourrait être dû au fait que l’ail augmente le flux sanguin au niveaux des capillaires du cuir chevelu [38].

MAMA HAIR

Le complément alimentaire à base de kératine et extrait de pommier brevetés, pour booster la pousse et diminuer la perte des cheveux. 2 actifs complémentaires avec une efficacité prouvée dans les études. Idéal pour toutes les (futures) mamas, 100% compatible grossesse et allaitement. 

La Cynatine® HNS (extrait de kératine naturelle) diminue la perte de cheveux, augmente la pousse, diminue la casse et les renforce. 

L'extrait de pommier augmente l'épaisseur, le nombre de cheveux et la production de kératine.

Quelques conseils pour vos cheveux

Certaines choses sont simples et rapides à mettre en place dans votre routine capillaire. 

 

Évitez les coiffures trop serrées, comme les tresses, les chignons ou les queues de cheval. Évitez de les tordre ou de les frotter.

 

Lavez-les et brossez-les en douceur, en utilisant un peigne à dents larges si nécessaire pour éviter de trop tirer sur les racines. Attention aussi à la qualité du shampoing et du soin que vous utilisez.   

 

 

Les rouleaux chauds, les fers à friser ou à lisser, les traitements à l'huile chaude, les décolorations et autres procédés chimiques sont également à éviter.

 

Astuce : faites-vous un massage du cuir chevelu, en partant de la nuque et en remontant jusqu’en haut du crâne dans un mouvement circulaire, pour favoriser la microcirculation du cuir chevelu et augmenter l’épaisseur [39]. La brosse de massage en silicone Jolly Mama est idéale pour ça. 

En conclusion

La perte de cheveux en post partum est majoritairement due aux changements hormonaux qui surviennent après l’accouchement, mais également aux niveaux de stress. C’est un phénomène naturel du post partum (mais il ne se produit pas chez toutes les femmes). 

 

Il n’existe pas de traitement ou de remèdes miracles pour empêcher cette chute de cheveux. Toutefois, en alternative vous pouvez essayer de favoriser la repousse, en consommant certains nutriments ou ingrédients naturels qui ont des propriétés bénéfiques sur la pousse. 

 

Attention à ne pas vous auto-complémenter, les compléments alimentaires ne sont pas anodins, peuvent interférer avec d’autres compléments, des aliments et des médicaments, ou ne pas être adaptés à votre situation personnelle, sans compter qu’il faut bien les choisir et adapter les dosages. Il est donc préférable de se faire conseiller par un praticien de santé spécialisé en nutrition (naturopathe ou nutrithérapeute par exemple), notamment si vous allaitez.

NOS SOURCES

[1] Piérard-Franchimont, Claudine, et Gérald E. Piérard. 2013. « Alterations in Hair Follicle Dynamics in Women ». BioMed Research International2013: 957432. https://doi.org/10.1155/2013/957432.

[2] Mirallas, Oriol, et Ramon Grimalt. 2016. « The Postpartum Telogen Effluvium Fallacy ». Skin Appendage Disorders 1 (4): 198‑201.https://doi.org/10.1159/000445385.

[3] Pringle, T. 2000. « The Relationship between Thyroxine, Oestradiol, and Postnatal Alopecia, with Relevance to Women’s Health in General ». Medical Hypotheses 55 (5): 445‑49. https://doi.org/10.1054/mehy.2000.1087.

[4] Rebora, Alfredo. 2016. « Proposing a Simpler Classification of Telogen Effluvium ». Skin Appendage Disorders 2 (1‑2): 35‑38.https://doi.org/10.1159/000446118.

[5] Eastham, J. H. 2001. « Postpartum Alopecia ». The Annals of Pharmacotherapy 35 (2): 255‑58. https://doi.org/10.1345/aph.10153.

[6] « Telogen Effluvium Hair Loss - American Osteopathic College of Dermatology (AOCD) ».

[7] Pacheco-Alvarez, Diana, R. Sergio Solórzano-Vargas, et Alfonso León Del Río. 2002. « Biotin in Metabolism and Its Relationship to Human Disease ». Archives of Medical Research 33 (5): 439‑47. https://doi.org/10.1016/s0188-4409(02)00399-5.

[8] Galbraith, H. 2010. « In Vitro Methodology, Hormonal and Nutritional Effects and Fibre Production in Isolated Ovine and Caprine Anagen Hair Follicles ». Animal: An International Journal of Animal Bioscience 4 (9): 1482‑89. https://doi.org/10.1017/S1751731109991595.

[9] Almohanna, Hind M., Azhar A. Ahmed, John P. Tsatalis, et Antonella Tosti. 2018. « The Role of Vitamins and Minerals in Hair Loss: A Review ». Dermatology and Therapy 9 (1): 51‑70. https://doi.org/10.1007/s13555-018-0278-6.

[10] Kantor, Jonathan, Lisa Jay Kessler, David G. Brooks, et George Cotsarelis. 2003. « Decreased Serum Ferritin Is Associated with Alopecia in Women ». The Journal of Investigative Dermatology 121 (5): 985‑88. https://doi.org/10.1046/j.1523-1747.2003.12540.x.

[11] St Pierre, Stephanie A., Gregory M. Vercellotti, Jeff C. Donovan, et Maria K. Hordinsky. 2010. « Iron Deficiency and Diffuse Nonscarring Scalp Alopecia in Women: More Pieces to the Puzzle ». Journal of the American Academy of Dermatology 63 (6): 1070‑76.https://doi.org/10.1016/j.jaad.2009.05.054.

[12] Ward, Wilfred H., et Harold P. Lundgren. 1954. « The Formation, Composition, and Properties of the Keratins ». In Advances in Protein Chemistry, édité par M. L. Anson, Kenneth Bailey, et John T. Edsall, 9:243‑97. Academic Press. https://doi.org/10.1016/S0065-3233(08)60208-9.

[13]Trüeb, R. M. 2015. « The Impact of Oxidative Stress on Hair ». International Journal of Cosmetic Science 37 Suppl 2 (décembre): 25‑30.https://doi.org/10.1111/ics.12286.

[14] Zhang, Ling, Yayao Zheng, Xiaofeng Cheng, Mengfei Meng, Yongkang Luo, et Bo Li. 2017. « The Anti-Photoaging Effect of Antioxidant Collagen Peptides from Silver Carp (Hypophthalmichthys Molitrix) Skin Is Preferable to Tea Polyphenols and Casein Peptides ». Food & Function 8 (4): 1698‑1707. https://doi.org/10.1039/c6fo01499b.

[15] MacDonald, Ruth S. 2000. « The Role of Zinc in Growth and Cell Proliferation ». The Journal of Nutrition 130 (5): 1500S-1508S.https://doi.org/10.1093/jn/130.5.1500S.

[16] Ruiz i Altaba, A. 1999. « Gli Proteins and Hedgehog Signaling: Development and Cancer ». Trends in Genetics: TIG 15 (10): 418‑25.https://doi.org/10.1016/s0168-9525(99)01840-5.

[17] Karashima, Tadashi, Daisuke Tsuruta, Takahiro Hamada, Fumitake Ono, Norito Ishii, Toshifumi Abe, Bungo Ohyama, Takekuni Nakama, Teruki Dainichi, et Takashi Hashimoto. 2012. « Oral Zinc Therapy for Zinc Deficiency-Related Telogen Effluvium ». Dermatologic Therapy 25 (2): 210‑13.https://doi.org/10.1111/j.1529-8019.2012.01443.x.

[18] Liang, T., et S. Liao. 1992. « Inhibition of Steroid 5 Alpha-Reductase by Specific Aliphatic Unsaturated Fatty Acids ». The Biochemical Journal285 ( Pt 2) (juillet): 557‑62. https://doi.org/10.1042/bj2850557.

[19] Munkhbayar, Semchin, Sunhyae Jang, A.-Ri Cho, Soon-Jin Choi, Chang Yup Shin, Hee Chul Eun, Kyu Han Kim, et Ohsang Kwon. 2016. « Role of Arachidonic Acid in Promoting Hair Growth ». Annals of Dermatology 28 (1): 55‑64. https://doi.org/10.5021/ad.2016.28.1.55.

[20] Amor, Karrie T., Rashid M. Rashid, et Paradi Mirmirani. 2010. « Does D Matter? The Role of Vitamin D in Hair Disorders and Hair Follicle Cycling ». Dermatology Online Journal 16 (2): 3.

[21] Reichrath, J., M. Schilli, A. Kerber, F. A. Bahmer, B. M. Czarnetzki, et R. Paus. 1994. « Hair Follicle Expression of 1,25-Dihydroxyvitamin D3 Receptors during the Murine Hair Cycle ». The British Journal of Dermatology 131 (4): 477‑82. https://doi.org/10.1111/j.1365-2133.1994.tb08547.x.

[22] Bartik, Leonid, G. Kerr Whitfield, Magdalena Kaczmarska, Christine L. Lowmiller, Eric W. Moffet, Julie K. Furmick, Zachary Hernandez, Carol A. Haussler, Mark R. Haussler, et Peter W. Jurutka. 2010. « Curcumin: A Novel Nutritionally-Derived Ligand of the Vitamin D Receptor with Implications for Colon Cancer Chemoprevention ». The Journal of nutritional biochemistry 21 (12): 1153‑61.https://doi.org/10.1016/j.jnutbio.2009.09.012.

[23] Treatment of telogen effluvium using a dietary supplement containing Boswellia serrata, Curcuma longa, and Vitis vinifera : Results of an observational study. NISTICO.S, TAMBURI.F, DASTOLI.S, SCHIPANI.G, CARO.G, FORTUNA.MC et ROSSI.A. Dermatol Ther. Mai 2019. https://doi.org/10.1111/dth.12842 

[24] Pickering, Gisèle, André Mazur, Marion Trousselard, Przemyslaw Bienkowski, Natalia Yaltsewa, Mohamed Amessou, Lionel Noah, et Etienne Pouteau. 2020. « Magnesium Status and Stress: The Vicious Circle Concept Revisited ». Nutrients 12 (12). https://doi.org/10.3390/nu12123672. 

[25] De Souza, M. C., A. F. Walker, P. A. Robinson, et K. Bolland. 2000. « A Synergistic Effect of a Daily Supplement for 1 Month of 200 Mg Magnesium plus 50 Mg Vitamin B6 for the Relief of Anxiety-Related Premenstrual Symptoms: A Randomized, Double-Blind, Crossover Study ». Journal of Women’s Health & Gender-Based Medicine 9 (2): 131‑39. https://doi.org/10.1089/152460900318623. 

[26] Araújo, Lidiane Advincula de, Flavia Addor, et Patrícia Maria Berardo Gonçalves Maia Campos. 2016. « Use of silicon for skin and hair care: an approach of chemical forms available and efficacy ». Anais Brasileiros de Dermatologia 91 (3): 331‑35. https://doi.org/10.1590/abd1806-4841.20163986.

[27] Mimica-Dukic, Neda, Natasa Simin, Jelena Cvejic, Emilija Jovin, Dejan Orcic, et Biljana Bozin. 2008. « Phenolic Compounds in Field Horsetail (Equisetum arvense L.) as Natural Antioxidants ». Molecules 13 (7): 1455‑64. https://doi.org/10.3390/molecules13071455.

[28] Blanche, Collin, J.D. Meunier, Catherine Keller, E. Doelsch, et Frederic Panfili. 2010. « Silica distribution in various bamboos species and its effects on plant growth ». AGU Fall Meeting Abstracts, décembre.

[29] Bassino, Eleonora, Franco Gasparri, et Luca Munaron. 2020. « Protective Role of Nutritional Plants Containing Flavonoids in Hair Follicle Disruption: A Review ». International Journal of Molecular Sciences 21 (2): 523. https://doi.org/10.3390/ijms21020523

[30] W. Y. Zhang, H. Teng, et Y. Zheng, « [Ginseng saponin treatment for intrauterine growth retardation] », Zhonghua Yi Xue Za Zhi 74, no 10 (octobre 1994): 608‑10, 646.

[31] S. Hu et al., « Effect of Subcutaneous Injection of Ginseng on Cows with Subclinical Staphylococcus Aureus Mastitis », Journal of Veterinary Medicine. B, Infectious Diseases and Veterinary Public Health 48, no 7 (septembre 2001): 519‑28, https://doi.org/10.1046/j.1439-0450.2001.00470.x.

[32] Kobayashi, N., R. Suzuki, C. Koide, T. Suzuki, H. Matsuda, et M. Kubo. 1993. « [Effect of leaves of Ginkgo biloba on hair regrowth in C3H strain mice] ». Yakugaku Zasshi: Journal of the Pharmaceutical Society of Japan 113 (10): 718‑24. https://doi.org/10.1248/yakushi1947.113.10_718.

[33] George B. Kudolo, Sheryl Dorsey, et Janet Blodgett, « Effect of the Ingestion of Ginkgo Biloba Extract on Platelet Aggregation and Urinary Prostanoid Excretion in Healthy and Type 2 Diabetic Subjects », Thrombosis Research 108, no 2‑3 (1 novembre 2002): 151‑60,https://doi.org/10.1016/s0049-3848(02)00394-8.

[34] Brinker F. The Toxicology of Botanical Medicines. Sandy, OR: Eclectic Medical Publications, 2000:296.

[35] Pekmezci, Erkin, Cihat Dundar, et Murat Turkoglu. 2018. « Proprietary Herbal Extract Downregulates the Gene Expression of IL-1α in HaCaT Cells: Possible Implications Against Nonscarring Alopecia ». Medical Archives 72 (2): 136‑40. https://doi.org/10.5455/medarh.2018.72.136-140.

[36] N. R. Farnsworth et al., « Potential Value of Plants as Sources of New Antifertility Agents I », Journal of Pharmaceutical Sciences 64, no 4 (avril 1975): 535‑98.

[37] N. R. Farnsworth et al., « Potential Value of Plants as Sources of New Antifertility Agents II », Journal of Pharmaceutical Sciences 64, no 5 (mai 1975): 717‑54, https://doi.org/10.1002/jps.2600640504.

[38] Jung, E. M., F. Jung, C. Mrowietz, H. Kiesewetter, G. Pindur, et E. Wenzel. 1991. « Influence of Garlic Powder on Cutaneous Microcirculation. A Randomized Placebo-Controlled Double-Blind Cross-over Study in Apparently Healthy Subjects ». Arzneimittel-Forschung 41 (6): 626‑30.

[39] Koyama, Taro, Kazuhiro Kobayashi, Takanori Hama, Kasumi Murakami, et Rei Ogawa. 2016. « Standardized Scalp Massage Results in Increased Hair Thickness by Inducing Stretching Forces to Dermal Papilla Cells in the Subcutaneous Tissue ». Eplasty 16 (janvier): e8.

Produits recommandés

SHARE

FAQ

Comment éviter la chute de cheveux post-partum ?

La chute de cheveux en post-partum est normale, il n’existe pour l’instant aucun traitement efficace pour l’éviter. Vous pouvez en revanche essayer de booster la pousse pour remplacer ceux qui tombent.

Quelle cure cheveux Post-partum ?

Vous pouvez essayer les cures à base de collagène, qui contient des acides aminés participant à la formation de kératine, le principal composant de vos cheveux. 

Quelle vitamine pour stopper la chute des cheveux ?

La biotine contribue au maintien de vos cheveux ! Faites également attention à vos apports en fer, car la carence en fer est une cause connue de chute.

Livraison rapide et gratuite

dès 100€ d'achat en France et Belgique

INNOVATION FRANÇAISE

La majorité de nos ingrédients sont français et bios

UNE QUESTION ?

Nous sommes à votre écoute du lundi au vendredi (9h-13h et 14h-18h) :