Le saviez-vous ?

La chaleur est un moyen naturel efficace pour décontracter l’utérus et diminuer ses contractions et crampes.

Pour cela, la bouillotte offre un apaisement de la douleur pendant les règles, ainsi que pendant tout le reste du cycle pour tous les symptômes de l'endométriose. En effet, elle peut agir sur les spasmes et contractions utérines, pelviennes et dorsales.

Quelques conseils

Une alimentation anti-inflammatoire est enfin recommandée pour apaiser ses troubles digestifs quand on est atteinte d’endométriose. Les bases de cette alimentation sont de privilégier les fruits et légumes, et aliments riches en oméga 3, magnésium, vitamines D, zinc, sélénium, polyphénols… et surtout éviter tous les produits industriels, transformés, riches en protéines de lait, gluten, sucre, le café, l’alcool.

Comment soulager ses douleurs naturellement ?

A essayer : nos nutrihsots bio Happy periods avec des extraits de plantes aux effets prouvés scientifiquement. Une façon naturelle de soulager ses douleurs liées à l'endométriose. Et en plus, ils sont compatibles avec l'allaitement !

Soulager l’endométriose : quelques astuces pour vous aider

Une fois l'endométriose diagnostiquée, quels sont les trucs et astuces pour soulager ses symptômes au quotidien ?

Comment soulager au quotidien ces symptômes ?

Divers moyens naturels permettent de soulager les symptomes d’endométriose au quotidien.

 

Tout d’abord, on retrouve de nombreuses thérapies qui peuvent être efficaces dans la prise en charge de l’endométriose :

  • pour la gestion des émotions, de la douleur, la réduction de l’anxiété : la sophrologie, l’hypnose, la sexologie, la psychothérapie, la méditation…
  • pour la mobilité du corps car les lésions figent les tissus et organes atteints : l’ostéopathie, la kinésithérapie, le yoga…
  • pour la nutrition et l’hygiène de vie adaptée : la diététique, la naturopathie…

En complément, des produits naturels peuvent aider à mettre des routines bien-être et anti-douleur au quotidien. Phytothérapie à travers les infusions, les compléments alimentaires ; thermothérapie avec l’usage du chaud ou du froid à travers les bouillottes, les bombes de bain composés d’actifs essentiels...

 

Voyons vers quoi se tourner selon les symptômes qui nous handicapent !

Comment aider pour les règles douloureuses ?

Les douleurs de règles peuvent être parfois extrêmes, autant dans la région du pelvis que des lombaires, jusqu’à provoquer des nausées, des maux de tête, étourdissements, malaises…

La bouillotte

La chaleur est un moyen naturel efficace pour décontracter l’utérus et diminuer ses contractions et crampes.

 

Pour cela, la bouillotte offre un apaisement de la douleur pendant les règles, ainsi que pendant tout le reste du cycle pour tous les symptômes de l'endométriose. En effet, elle peut agir sur les spasmes et contractions utérines, pelviennes et dorsales.

 

On privilégie plutôt une bouillotte sèche de graines de lin ou une bouillotte toute simple (plutôt sans plastique).

 

Il existe également des bouillottes portables, comme la Belly Flow du Lab de l’Endo, qui peuvent se porter attachée autour de la taille pour apaiser toute la région pelvienne ou même décontracter les organes digestifs pour une meilleure digestion.

Le bain chaud

Si vous possédez une baignoire, prendre un bon bain chaud juste avant ou pendant les règles peut vous aider à décontracter les tissus musculaires et soulager le stress mais aussi la sensation de crampes. Pour en décupler les effets, ajoutez quelques gouttes d’huile essentielle d’agrumes. Rien de tel contre la douleur !

Les patchs

Les patchs peuvent être également efficaces pour apaiser les douleurs et diminuer les ballonnements. Ils peuvent être utilisés sur le bas ventre mais aussi sur les lombaires pour plus d’efficacité.

Les huiles essentielles

Lors des règles douloureuses, un mélange d’huile essentielle de menthe poivrée, clou de girofle et sauge sclarée (30%) peut être diluée dans de l’huile d’amande douce (70%). A utiliser en massage sur le bas ventre trois fois par jour. La menthe poivrée a des vertus antispasmodiques[1].

 

En huiles essentielles antispasmodiques on peut aussi essayer  la Camomille ou le Basilic Tropical. L’huile essentielle de lavande officinale et la rose de mai peuvent aussi être utilisées car agissent sur la congestion pelvienne.  Une étude a évalué l’intensité des dysménorrhées chez des femmes réalisant un massage abdominal de dix minutes avec des huiles essentielles face (n=184) à des femmes réalisant le même massage avec une huile neutre (n=178). Il en résulte une amélioration du score de douleur dès les premiers jours des règles chez les femmes du groupe expérimental.

 

Important : attention aux huiles essentielles si vous allaitez !

Les infusions

Les plantes intéressantes contre les douleurs de règles sont l’achillée millefeuille, le fenouil, la mélisse, le gingembre ou encore les feuilles de framboisier, elles peuvent être consommées sous formes d’infusions ou de compléments alimentaires et shots de plantes pour plus d’efficacité.

 

De nombreuses études cliniques ont montré l’effet du fenouil (foeniculum vulgare) sur le confort durant les règles. Elle aurait des effets antispasmodiques et sur les douleurs menstruelles.

 

Une étude sur une centaine d’étudiantes américaines souffrant de règles douloureuses modérées à sévères a prouvé l’efficacité du gingembre  sur l’intensité et la durée des crampes[2].

 

La mélisse permet d’aider à  décontracter en prévision des crampes et agit également sur l’humeur et l’anxiété. Elle peut être prise avant et durant les règles en infusion. De nombreuses études scientifiques ont mis en évidence son effet calmant sur le stress et l’anxiété à des doses supérieures à 300 mg par jour d’extrait.

 

Attention à l’achillée millefeuille durant l’allaitement. Son rôle antispasmodique et anti-inflammatoire peut être intéressant également durant les règles, mais à ne pas utiliser si vous allaitez.

 

Happy Periods est une ampoule de plantes bio pour lutter naturellement pour un meilleur confort pendant les règles. Elle contient des extraits de mélisse et du fenouil, qui agissent en synergie avec des extraits de gingembre aux effets anti inflammatoires validés par de nombreuses études et le safran (dont les effets bénéfiques sur l’équilibre émotionnel durant les règles a été prouvé scientifiquement). L’ortie vient en complément pour aider à reminéraliser.

Comment aider pour les règles abondantes ?

Les règles sont dites “abondantes” dès lors qu’il faut changer ses protections périodiques plus d’une fois toutes les 2-3 heures.

En cas de règles abondantes, on pense à utiliser des plantes riches en vitamines et minéraux comme l’ortie. On la consomme au choix: en concentré, en infusion ou en condiment. Notre nutrishot Happy periods contient de l’ortie et d'autres plantes qui peuvent également aider niveau douleurs et relaxation.

Comment aider pour les troubles digestifs ?

Les troubles digestifs peuvent se manifester sous différentes formes: ballonnements (appelés aussi ventre de femme enceinte ou endobelly lorsqu’ils sont vraiment extrêmes, typiques de l’endométriose), diarrhée, constipation…

 

L’équilibre du microbiome est aussi important dans la détoxification des oestrogènes, car ils seront excrétés par les selles. Si la flore intestinale est déséquilibrée, certaines bactéries pourraient empêcher l’excrétion des estrogènes causant un surplus de ceux-ci. Des cures de probiotiques peuvent alors aider.

 

Une alimentation anti-inflammatoire est enfin recommandée pour apaiser ses troubles digestifs quand on est atteinte d’endométriose. Les bases de cette alimentation sont de privilégier les fruits et légumes, et aliments riches en oméga 3, magnésium, vitamines D, zinc, sélénium, polyphénols… et surtout éviter tous les produits industriels, transformés, riches en protéines de lait, gluten, sucre, le café, l’alcool.

 

Pour plus de détails sur l’alimentation pour un cycle au top, vous pouvez télécharger notre ebook sur le site.

Did you know ? Le gluten serait inflammatoire chez tout le monde !

Une étude de 2017 publiée dans le Journal of American Medical Association (JAMA), montre qu’une consommation répétée de gluten augmenterait la perméabilité intestinale aka “leaky gut”.

Un “leaky gut”  contribue à des intolérances alimentaires, entraîne une inflammation, et un risque de maladie auto-immune. Et il peut entraîner surtout ralentir la capacité de détoxification du foie, critique pour une bonne balance hormonale. Une bactérie inflammatoire, la LPS, peut en effet fuir dans le sang et créer ainsi une trop grande pression sur le foie, qui surmené, se retrouve incapable de gérer la détoxification des hormones.

Il est conseillé de se faire accompagner par une nutritionniste ou naturopathe spécialisée pour être sûr d’adapter le mieux possible son alimentation à ses intolérances éventuelles et son profil santé.

Qu’en est-il des douleurs pendant les rapports ?

La dyspareunie est la douleur pendant les rapports sexuels à la pénétration, ou même après l’orgasme.

 

Pour la dyspareunie, il est vraiment conseillé d’aller consulter en ostéopathie, kinésithérapie pelvienne ou intra-pelvienne, ainsi qu’en sexothérapie.

 

Des produits tels que du lubrifiant peuvent aider, ou encore du gel intime rééquilibrant pour réhydrater et rééquilibrer la flore vaginale, grâce notamment à un complexe de pré et probiotiques vaginaux.

Comment agir contre les troubles urinaires ?

Les troubles urinaires aussi appelés cystite interstitielle peuvent apparaître sous différentes formes : une vessie hyperactive, une difficulté à la vider, des douleurs à la miction…

 

Un urologue vous fera passer un bilan urologique afin de déterminer exactement de quels troubles urinaires vous souffrez, afin de prendre les mesures nécessaires.

 

Un système d'électro-stimulation (URO STIM 2) peut  aider à rééduquer le nerf tibial relié à la vessie. Cet appareil peut vous être prescrit par votre spécialiste de santé (gynécologue, urologue...).

 

Des séances de kiné peuvent également vous aider à reprendre petit à petit le contrôle de votre vessie.

Que faire contre les douleurs neuropathiques ?

Les douleurs neuropathiques témoignent d’une atteinte des nerfs par les lésions d’endométriose, et peuvent se traduire par une sciatique, une cruralgie, une névralgie pudendale, ou toute autre douleur neurogène le long du trajet d’un nerf).

 

Les médecins ont pour habitude de prescrire des médicaments, parfois assez forts car les douleurs peuvent être insoutenables. Mais à terme leur impact n’est pas anodin et peut fatiguer votre foie.

 

Pour se soulager, des séances de kinésithérapie / ostéopathie peuvent aussi être prescrites afin de redonner de la mobilité à la zone touchée, et surtout apprendre des positions à renouveler chez vous régulièrement en prévention mais également en cas de crises pour vous soulager.

Comment apaiser la fatigue chronique ?

La fatigue chronique est un signe révélateur de l’endométriose dès lors qu’il devient handicapant au quotidien.La fatigue chronique peut être prise en charge à plusieurs niveaux :

  • Au travers de notre alimentation : en favorisant les aliments énergisants à intégrer dans nos repas, ou à consommer de façon quotidienne comme des en-cas comme le cacao cru, les baies de goji, la poudre de maca…
  • A l'aide des compléments alimentaires : spiruline, acérola, magnésium, ginseng, guarana, vitamines... ou mélatonine pour un meilleur sommeil.
  • Avec le sport, comme le yoga, la relaxation (le stress et l’anxiété provoqué par l’endométriose épuise encore plus)

Attention à ne pas vous auto-complémenter, les compléments alimentaires ne sont pas anodins et peuvent interférer avec d’autres compléments, des aliments et des médicaments, ne pas être adaptés à votre situation personnelle, sans compter qu’il faut bien les choisir et adapter les dosages. Il est donc préférable de se faire conseiller par un praticien de santé spécialisé en nutrition.

 

Le Lab de l’endo est une boutique spécialisée, qui propose toute une panoplie de produits pour répondre aux symptômes de l’endométriose.

SHARE

LA JOLLY NEWSLETTER

RECEVEZ DES NEWS À CROQUER

FAQ

Comment vivre avec l'endométriose ?

Pour essayer de vivre au mieux avec l’endométriose, essayez d’adapter votre alimentation (notamment en réduisant les sources inflammatoires), de réduire votre stress (avec les plantes, le yoga, la méditation ou en vous faisant accompagner), de faire un peu de sport, etc. A vous de trouver votre équilibre.

Est-ce que l'endométriose se guérit ?

Il n'existe pas aujourd'hui de traitements définitifs de l'endométriose, même si l'hormonothérapie et/ou la chirurgie peuvent freiner l'évolution de cette maladie durant plusieurs années selon les cas.

Comment soulager l'endométriose ?

Vous pouvez essayer les tisanes de : Camomille, Achillée Millefeuille, Fenouil, Feuilles de framboisier , Gattilier, Alchémille, Gingembre.