Le saviez-vous ?

La perte de cheveux en post partum est normale, il n’existe pas de remède miracle ! 

Quelques conseils

Soyez doux avec vos cheveux (coiffure, brossage, etc)
Evitez de trop les chauffer
Faites-vous un massage !

Perte de cheveux en post partum : comment faire ?

L’origine de la perte de cheveux en post partum

Les différentes phases des cheveux

Le cycle pilaire est composé de 3 phases différentes [1] : 

Croissance

La phase Anagène : phase de croissance du cheveux qui peut durer de 2 à 6 ans.

Repos

La phase Catagène : phase de repos, qui dure environ 2 à 3 semaines où le cheveux cesse de croître.

Chute

La phase Télogène : phase de préparation à la chute du cheveux, qui dure environ 3 mois. Environ 15% des cheveux du cuir chevelu sont généralement en phase télogène.

Ce cycle peut être affecté par différents changements : stress, carences en nutriments, pollution, fatigue, déséquilibre hormonal, etc, qui vont venir troubler la croissance des cheveux, leur densité ou encore la dynamique du cycle pilaire.

 

Comment évoluent les cheveux entre la grossesse et le post partum ?

 

La plupart des femmes souffrent d'effluvium télogène ou alopécie (chute de cheveux diffuse et aigüe) pendant le post-partum.

 

En effet, pendant la grossesse, la phase télogène (phase de chute) est retardée et le nombre de cheveux qui tombent est réduit, ce qui induit une augmentation de l'abondance des cheveux.

 

Après l'accouchement, les cycles pilaires se synchronisent sur le cuir chevelu. À ce moment-là, la perte de cheveux semble abondante mais ne représente que l'élimination des cheveux supplémentaires qui avaient été maintenus en phase anagène (phase de croissance) et n'avaient pas été perdus pendant la grossesse. Au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse, seuls environ 10% des cheveux sont en phase télogène, au lieu de 15% en général [1].

 

Pendant les premières semaines du post-partum, les cheveux entrent en phase télogène pour atteindre environ 30% en moyenne (soit près de 2 fois plus qu’en temps normal) après neuf semaines. Ceci explique l'observation clinique selon laquelle la perte de cheveux du post-partum se manifeste deux à quatre mois après l'accouchement. Elle se poursuit généralement pendant 6 à 24 semaines et persiste rarement au-delà [1].

 

Quelle est l’origine de ce changement dans les cheveux ?

 

Les niveaux d'hormones pendant et après la grossesse sont radicalement différents. Pendant la grossesse, on observe une augmentation progressive des hormones, avec 9 fois plus de progestérone et 8 fois plus d’oestrogènes. Une fois le placenta retiré à la naissance, les taux de progestérone et d'œstrogènes chutent et reviennent à la normale en 2 à 4 jours. La prolactine augmente également progressivement pendant la grossesse, pour atteindre une multiplication par 20 à l’accouchement. On pense que la chute de cheveux peut s'expliquer par ces variations des niveaux d'hormones chez les femmes en post-partum [2].

 

Un problème de thyroïde pourrait également être associé à une perte excessive de cheveux, en raison de niveaux physiologiquement inadéquats de thyroxine (une hormone thyroïdienne) et d'œstradiol (hormone oestrogène). Cela serait dû au fait qu’un niveau inadéquat de cette hormone thyroïdienne perturbe le métabolisme des oestrogènes [3].

 

Le stress est un facteur déterminant dans la chute des cheveux, ce qui fait qu’elle survient surtout lors du premier accouchement, lorsque le stress émotionnel est plus fort, et seulement rarement lors des grossesses suivantes [4].

Existe-t-il un traitement miracle contre la perte de cheveux en post partum ?

La perte de cheveux du post-partum est une condition normale après la grossesse. Peu d'articles traitent du traitement de cette affection. Des traitements sous forme de supplémentation thyroïdienne, de lotions topiques à la progestérone et à l'estradiol, et d'un contraceptif oral ont été étudiés. D'après les études disponibles, aucun traitement spécifique n'a été suffisamment étudié pour justifier une recommandation ou pour être qualifié d'efficace pour lutter contre la perte de cheveux en post partum [5].

 

Aucun traitement n'est nécessaire dans la plupart des cas. Les cheveux tombent lorsqu'un nouveau cheveu poussant en dessous les repousse. Ainsi, dans ce type de perte de cheveux, la chute des cheveux est un signe de repousse des cheveux [6].

 

Malheureusement, il ne semble pas y avoir de solution prometteuse qui puisse stopper net le processus de perte de cheveux post-partum, qui résulte de changements hormonaux normaux et du stress engendré. 

Quelle nutrition contre la perte de cheveux post partum ?

Bien qu’on ne puisse pas empêcher ce phénomène de se produire, il pourrait être possible de tenter de le limiter ou en tout cas de favoriser la repousse des cheveux avec la nutrition !


Les vitamines du groupe B

 

La biotine (vitamine B8) contribue au maintien de cheveux normaux, car elle régule l’expression des protéines, dont la kératine [7]. Dans des follicules pileux isolés de mouton, l'incubation dans des solutions contenant de la biotine a entraîné une augmentation de la concentration d'ADN et de la synthèse des protéines [8].

 

Did you know ? Nos poudres Golden Mama et Mamaload sont riches en biotine (1 dose couvre 920% des apports journaliers recommandés en biotine ! ).

Le rôle des folates et de la vitamine B12 dans la production d'acides nucléiques pour l’ADN suggère qu'ils pourraient jouer un rôle dans la prolifération du follicule pileux [9].

Quelques aliments riches en vitamines B : céréales complètes, légumes verts à feuilles, noix, amandes, pistaches, œufs, viande.

 

Fer

 

Après l’accouchement car vous avez perdu une quantité importante de sang pendant le travail qui s’est accompagnée d’une perte en fer. Or la carence en fer est une cause bien connue de la chute des cheveux.

 

Bien que le mécanisme d'action par lequel le fer influe sur la croissance des cheveux ne soit pas connu, les cellules du follicule pileux comptent parmi les cellules qui se divisent le plus rapidement dans l'organisme, et la carence en fer pourrait contribuer à la chute des cheveux par son rôle sur une enzyme qui joue sur la vitesse de synthèse de l'ADN [10].

 

Par ailleurs, de nombreux gènes ont été identifiés dans le follicule pileux humain et certains peuvent être régulés par le fer [11].

 

Quelques aliments riches en fer : lentilles, foie, crevettes, agneau, bœuf, épinards, noix.

Couplez vos apports de fer à de la vitamine C pour augmenter son absorption (bonus : la vitamine C favorise la synthèse de collagène !).

 

Collagène

 

Les cheveux sont principalement constitués de la protéine kératine. Votre corps utilise plusieurs acides aminés pour fabriquer la kératine, dont certains se trouvent dans le collagène.

 

Le collagène est principalement composé de proline qui est le principal composant de la kératine [12]. Par conséquent, la consommation de collagène riche en proline pourrait fournir à votre corps les éléments de base dont il a besoin pour générer de nouveaux cheveux.

 

Le stress oxydant peut aussi perturber la croissance des cheveux [13], or le collagène a une forte activité anti oxydante ce qui pourrait permettre de contribuer à des cheveux sains [14].

 

Besoin de collagène ? Nos poudres Golden Mama et Mamaload contiennent du collagène (2.5 et 3g de collagène par dose) et de la biotine, pour contribuer au maintien de vos cheveux.
Bonus : notre bouillon contient également du collagène et est riche en protéines, l’idéal en post partum !  

 

Zinc

 

Le zinc est un composant essentiel de nombreuses enzymes importantes dans la synthèse des protéines et la division cellulaire [15]. Il joue également un rôle dans les voies qui régissent le développement du follicule pileux [16].

 

La carence en zinc peut générer un effluvium télogène et des cheveux cassants. Pendant la grossesse, vous avez puisé dans vos réserves de zinc pour le transmettre au placenta. La supplémentation en zinc pour pallier la carence peut permettre de remédier à ces problèmes capillaires [17].

 

Consommez des fruits de mer, du foie, des légumes secs, des noix, des graines de courge et des céréales complètes comme le riz complet.

 

Les acides gras

 

Une carence en acides gras essentiels polyinsaturés, l'acide linoléique (oméga 6) et l'acide alpha-linolénique (un oméga 3), peut résulter dans des changements capillaires comprennent la perte des cheveux et des sourcils ainsi que l'éclaircissement des cheveux. Les acides gras insaturés peuvent moduler l'action des androgènes (or les hormones androgènes favorisent la perte des cheveux) [18]. De plus, l'acide arachidonique, un acide gras oméga 6 qu’on trouve entre autres dans les oeufs, peut favoriser la croissance des cheveux en augmentant la prolifération des follicules [19].

 

Did you know? Tous nos carrés sont source d’oméga 3 (acide alpha linolénique), et nos carrés allaitement et Pre et post natal sont riches en oméga 3 : chaque carré contient 200 mg de DHA !

 

Vitamine D

 

Des données provenant d'études animales suggèrent que la vitamine D joue un rôle dans le cycle du follicule pileux [20]. Des études ont montré qu’il y avait des récepteurs de la vitamine D dans les cellules en phases de croissance du cycle pilaire, ce qui fait que l’apport en vitamine D pourrait permettre la pousse des cheveux [21].

 

Quelques aliments riches en vitamine D : produits laitiers, jaune d'œuf, poissons, morue et huile de foie de morue.

 

La curcumine, un actif présent dans le curcuma, aide à activer les récepteurs de la vitamine D [22], ce qui pourrait indirectement aider à la pousse des cheveux. Une étude mentionne même que le curcuma aurait des propriétés stimulantes pour les cheveux [23].

 

Bonus : notre poudre Golden Mama contient du collagène, de la biotine et du curcuma !

Quelle nutrition pour ses hormones ?

Les changements hormonaux sont probablement la principale cause de la chute de cheveux en post partum. Pour essayer de diminuer cet effet, vous pouvez consommer du magnésium (faites le plein de magnésium avec nos Nutrichoc) et de la vitamine B6 qui vous aideront à équilibrer vos hormones.

 

Sachant que le stress peut également être une cause de la perte de cheveux en post partum, diminuer ses niveaux de stress pourrait être bénéfique. Les études montrent qu’une augmentation des apports en magnésium fait diminuer le stress, et qu’une supplémentation en magnésium est bénéfique chez des sujets stressés [24].  L’effet combiné du magnésium et de la vitamine B6 pourrait également aider en cas d’anxiété [25].

 

Pour cela vous pouvez consommer des aliments tels que : menthe, romarin, foie de veau ou de dinde, saumon et maquereau, graines et oléagineux, poivrons, choux de Bruxelles, poireaux, banane.

 

A essayer aussi : nos moonies, nos snacks sans sucre ajouté aux graines (chocolat coco ou abricot pistache), et riche en vitamine B6 (un mini snack de 15 g vous apportera 75% des apports recommandés en B6) !

 

Pour agir sur le stress, vous pouvez également essayer le yoga ou la méditation. 

Quels ingrédients naturels pour aider vos cheveux en post partum ?

Les plantes riches en silice

Le silice pourrait être utile dans la pousse des cheveux. Les études montrent que les mèches à forte teneur en silicium ont tendance à avoir un taux de chute plus faible et une plus grande brillance [26]. Par exemple, la silice contenue dans la prêle [27] aide à maintenir les cheveux, les ongles et la peau dans des conditions optimales. Le bambou contient également de hauts niveaux de silice [28].
Attention, le bambou est déconseillé pour la femme enceinte. 

Le ginseng

Le ginseng est une plante intéressante pour la croissance des cheveux. Le ginsénoside (un composé actif du ginseng) est capable d'augmenter la longueur de la tige du cheveu, sa durée de vie et il stimule l'allongement de la tige du cheveu dans des cultures de vibrisses de souris. Il favorise également la prolifération des cellules du follicule dermique humain et des kératinocytes et améliore l'induction de l'anagène des cheveux ou l'accélération de la croissance des cheveux chez la souris [29].
Le ginseng coréen et sibérien sont a priori sans danger pendant la grossesse [30] et l’allaitement [31], mais préférez prendre un avis médical avant toute utilisation !

Le ginkgo

Les études montrent que les extraits de ginkgo [32] permettraient de stimuler la croissance des cheveux.
Attention : évitez la feuille de ginkgo si vous êtes enceintes (elle aurait des propriétés antiplaquettaires [33], serait un emménagogue et pourrait provoquer des changements hormonaux [34]). Si vous allaitez, les données actuelles ne permettent pas de dire si le ginkgo est sans danger ou non.

L’ortie

Les études montrent que les extraits d’ortie [35] permettraient de stimuler la croissance des cheveux.
Enceinte, l’ortie est également à éviter (potentiel abortif et emménagogue [36], effet oestrogénique [37], or durant la grossesse on évite d'utiliser des plantes avec un effet hormonal). Il n'existe aucun rapport dans la littérature scientifique indiquant que la feuille d'ortie est sans danger ou contre-indiquée pendant l'allaitement.

L’ail

Dans une étude contrôlée et randomisée, ils ont montré que la consommation de poudre d’ail augmentait significativement la pousse des cheveux, en comparaison du placebo qui n’a eu aucun effet, ce qui pourrait être dû au fait que l’ail augmente le flux sanguin au niveaux des capillaires du cuir chevelu [38].

Quelques conseils pour vos cheveux

Évitez les coiffures trop serrées, comme les tresses, les chignons ou les queues de cheval. Évitez de tordre ou de frotter vos cheveux.

 

Lavez et brossez vos cheveux en douceur, en utilisant un peigne à dents larges si nécessaire pour éviter de trop tirer sur les racines.

 

Les rouleaux chauds, les fers à friser ou à lisser, les traitements à l'huile chaude, les décolorations et autres procédés chimiques sont également à éviter.

 

Astuce : faites-vous un massage du cuir chevelu, en partant de la nuque et en remontant jusqu’en haut du crâne dans un mouvement circulaire de vos doigts, il paraît que cela favoriserait la microcirculation du cuir chevelu et l’épaisseur des cheveux [39]. 

En conclusion

La perte de cheveux en post partum est majoritairement due aux changements hormonaux qui surviennent après l’accouchement, mais également aux niveaux de stress. C’est un phénomène naturel du post partum (mais il ne se produit pas chez toutes les femmes).

 

Il n’existe pas de traitement ou de remèdes miracles pour empêcher cette chute de cheveux. Toutefois, en alternative vous pouvez essayer de favoriser la repousse de vos cheveux, en consommant certains nutriments ou ingrédients naturels qui ont des propriétés bénéfiques sur la croissance de vos cheveux.

 

Attention à ne pas vous auto-complémenter, les compléments alimentaires ne sont pas anodins, peuvent interférer avec d’autres compléments, des aliments et des médicaments, ou ne pas être adaptés à votre situation personnelle, sans compter qu’il faut bien les choisir et adapter les dosages. Il est donc préférable de se faire conseiller par un praticien de santé spécialisé en nutrition (naturopathe ou nutrithérapeute par exemple), notamment si vous allaitez.

SHARE

LA JOLLY NEWSLETTER

RECEVEZ DES NEWS À CROQUER

FAQ

Comment éviter la chute de cheveux post-partum ?

La chute de cheveux en post-partum est normale, il n’existe pour l’instant aucun traitement efficace pour l’éviter. Vous pouvez en revanche essayer de booster la pousse de vos cheveux pour remplacer ceux qui tombent.

Quelle cure cheveux Post-partum ?

Vous pouvez essayer les cures à base de collagène, qui contient des acides aminés participant à le formation de kératine, le principal composant de vos cheveux. 

Quelle vitamine pour stopper la chute des cheveux ?

La biotine, vitamine B8, contribue au maintien de vos cheveux ! Faites également attention à vos apports en fer, car la carence en fer est une cause connue de chute des cheveux.