Take care mama

Essayez les pensées positives. Toutes pensées ou ressentis positifs engendrent un cercle vertueux et sont à l’origine d’autres pensées et ressentis positifs.

Le saviez-vous ?

Attention à la détox, cela est vivement déconseillé en début de PMA ou en cas de grossesse. En effet, cela reviendrait à remettre tous les toxiques accumulés en circulation, et ainsi leur donner la possibilité de migrer vers le bébé…

Mieux vivre son parcours PMA

Comment se détendre pendant la PMA ?

Plusieurs techniques de gestion émotionnelles sont à votre portée pour vivre plus sereinement votre parcours :

La sophrologie

La sophrologie est une méthode qui agit à la fois sur le corps et sur le mental.


Elle permet, par des exercices de respiration, de détente musculaire et de visualisation, de mieux gérer vos émotions, de mieux appréhender les différentes étapes de votre parcours, de gérer vos douleurs, de retrouver du bien-être et de la vitalité.

Les plantes

Les plantes sont de formidables alliées pour vous détendre, que ce soit en infusions (tilleul, lavande, fleur d’oranger…) ou sous forme d’huiles essentielles (ylang-ylang, lavande vraie, rose de damas…).
Attention, les plantes ne sont pas sans danger, il est nécessaire de demander l’avis d’un professionnel avant d’y avoir recours.


Il existe également des élixirs floraux qui agissent sur vos différentes émotions et vous aident à les apaiser, le plus connu étant le mélange « rescue » qui apporte du réconfort, de la patience, du lâcher prise et du courage.

Les pensées positives

Toutes pensées ou ressentis positifs engendrent un cercle vertueux et sont à l’origine d’autres pensées et ressentis positifs.


Il n’est pour autant pas question d’ignorer les choses négatives que vous traversez, mais il est important de se réjouir de chaque petit bonheur.
 

Ainsi, cela vous aidera à appréhender plus positivement la suite de votre parcours.

L’activité physique

Pratiquer régulièrement une activité physique douce vous permet d’optimiser votre état psycho-émotionnel. En effet, cela vous aide à vous libérer de vos tensions tant physiques que mentales (le degré de tensions musculaires étant relié au degré de tensions psychologiques), ainsi qu’à libérer davantage d’hormones du bien-être.

Le repos

En cas de manque de repos, l’état émotionnel est particulièrement impacté. Cela car la fatigue joue sur l’humeur, mais aussi car le sommeil permet la diminution du taux de cortisol qui est l’hormone du stress.

Ne pas vous oublier pendant le PMA

Au cœur d’un parcours PMA, on a souvent tendance à oublier le reste. Toutes les préoccupations tournent alors autour de ce désir d’enfant.


Il est parfaitement normal que ce désir soit au centre de vos préoccupations, notamment lorsque votre vie est rythmée par les rendez-vous médicaux et les traitements.
 

Toutefois, souvenez-vous qu’avant d’être une femme ou un homme en PMA, vous êtes avant tout une personne, un(e) ami(e), un(e) professionnel(le)…
 

Votre vie ne doit pas être mise entre parenthèse, au risque de subir encore davantage cette attente.
Redonnez une place à tout ce que vous êtes et à tout ce qui vous apporte des sources de joies et de bien-être.
 

Autorisez-vous à réaliser tous les projets dont vous rêvez et que vous aviez peut-être mis entre parenthèses.
 

Cela vous permettra d’affronter avec plus de force les différentes étapes de votre parcours.

Comment retrouver une communication bienveillante ?

La PMA, ainsi que la fatigue et les tensions qu’elle engendre, peut être responsable d’un manque de communication et de compréhension au sein de votre couple. Pourtant, votre partenaire est dans cette épreuve votre meilleur allié. Veillez à exprimer vos ressentis et vos besoins à votre partenaire, ainsi qu’à être à l’écoute des siens. Vous pourrez alors mieux vous comprendre, faire preuve de plus d’objectivité face aux réactions de l’autre.


Cela vous permettra de traverser la PMA main dans la main, car un enfant, peu importe la façon dont il est conçu, est avant tout un projet commun nécessitant beaucoup d’amour.

Comment mieux vivre ses relations familiales et sociales pendant la PMA ?

Dans le cadre d’une PMA, il est souvent tentant de cacher cette épreuve aux proches afin de se préserver de leurs remarques, de leurs questions indiscrètes, ou encore par gêne d’aborder ce sujet encore tabou qui relève de la sphère intime.


Vous êtes évidemment la seule personne à savoir ce qui est le mieux vous, mais rappelez-vous que le soutien de vos proches peut s’avérer être réconfortant.
 

Pour favoriser des relations familiales et sociales saines et agréables, il est important là aussi de communiquer avec vos proches. N’hésitez pas à leur indiquer ce que vous ressentez, ce qui peut vous blesser, ainsi que ce que vous attendez d’eux durant ce parcours. Cela peut être une simple présence, une oreille attentive, ou encore une prise de nouvelles régulières.  C’est à vous de fixer vos propres limites et vos propres règles, vos proches n’ayant certainement jamais eu à traverser ces épreuves, ne savent tout simplement pas comment agir, et peuvent se montrer maladroits. C’est en les guidant qu’ils sauront comment vous épauler au mieux.

Comment mieux vivre les étapes médicalisées ?

La PMA est ponctuée de nombreuses étapes médicalisées telles que les injections, les échographies, les examens médicaux divers, les ponctions, les inséminations, les transferts…


Si cela est anodin pour certains couples, c’est en revanche des étapes éprouvantes pour d’autres.
 

Ces étapes étant obligatoires, l’idée va être de les rendre plus douces et de les vivre plus sereinement.
 

Ainsi, la sophrologie grâce à des techniques de respiration, de visualisation et de détente, peut vous permettre de mieux les appréhender.
 

La présence de votre partenaire, voir son implication lorsque cela est possible peut être réconfortant (par exemple, votre partenaire peut effectuer vos injections quotidiennes).
 

N’hésitez pas à vous accorder une « récompense » à l’issu de chaque étape que vous considérez comme éprouvante pour vous (un petit encas, un moment agréable à deux, un soin…).

Comment mieux vivre l’attente avant le résultat ?

Tous les couples ayant traversé la PMA, ne connaissent que trop bien les quinze jours d’attente post-insémination ou post-transfert.


Cette attente est particulièrement difficile à vivre émotionnellement.
 

Si ces quinze jours ne représentent finalement qu'une infime partie de l’attente jusque-là éprouvée, elle n’en paraît pas moins interminable.
 

L’incertitude quant au devenir de l’embryon transféré ou du sperme inséminé, vous fait osciller entre l’espoir que ça ait fonctionné, et la crainte de l’échec.
 

Chaque symptôme est alors source de questionnements. Cela est parfaitement légitime.
 

Toutefois, afin de vivre cette attente le plus sereinement possible, essayez au maximum de vous accorder des moments pour vous. Il n’y a pas de meilleur moment que maintenant pour prendre soin de vous.
 

Autorisez-vous à y croire : essayer de se protéger d’un éventuel échec ne le rendra pas forcément moins douloureux, mais vous empêchera de vivre pleinement ce moment.
 

Réfléchissez dès maintenant à tout ce que vous aimez faire, seule, à deux, entre amis ou en famille, et planifiez chaque jour durant cette attente une chose au moins pour vous faire du bien.
 

Cela vous aidera à moins subir cette attente et à prendre soin de vous.

Comment mieux préparer le corps à la PMA ?

La conception d’un enfant via une procréation médicalement assistée est une épreuve à la fois mentale et physique.


C’est pour cela que se préparer en amont permet de se mettre dans des dispositions plus favorables.

Ainsi, pour aider l’organisme à mieux réagir aux traitements et gagner en bien-être, il est possible de :

Se reminéraliser

Pour faire face à la PMA, le corps a besoin d’une alimentation riche en vitamines et nutriments. Cela lui permet d’assurer un bon équilibre hormonal et de produire des gamètes (ovules et spermatozoïdes) de qualité. Cela est intéressant car le succès d’une PMA dépend en de la qualité des gamètes et des embryons transférés. De plus, certaines carences en vitamines et minéraux peuvent gêner la nidation.
L’alimentation à privilégier est composée de produits de qualité (biologiques et de saison) et non transformés, notamment des légumes, des fruits, des bonnes huiles (de lin, de cameline), de la viande blanche, des légumineuses…  Pour potentialiser les apports en enzymes, vitamines et minéraux, les graines germées sont particulièrement intéressantes.
Par ailleurs, certaines plantes sont particulièrement reminéralisantes, c’est notamment le cas des feuilles d’ortie.

Soutenir le foie

Dans un projet bébé, si les organes reproducteurs ont un rôle central, le foie a également un grand rôle à jouer. En effet, il est à l’origine du traitement des toxines mais également des hormones.
En PMA, le foie est très sollicité en raison des nombreux traitements hormonaux. Le soulager va lui permettre de ne pas s’épuiser et de fonctionner de façon plus optimale durant la PMA.
Il est pour cela recommandé de :
Limiter les toxiques (en favorisant l’alimentation, les cosmétiques et les produits ménagers biologiques).
S’hydrater suffisamment (au moins 1.5L par jour).
Appliquer régulièrement une bouillote chaude sur le foie afin de permettre aux cellules du foie de se régénérer.

Optimiser la qualité de l’endomètre

L’endomètre a besoin, pour devenir le nid douillet dans lequel va s’installer l’embryon, d’oxygène et de nutriments. Ces derniers étant apportés par voie sanguine, favoriser la circulation sanguine et ainsi l’acheminent d’oxygène et de nutriments va permettre de favoriser son développement optimal. Pour cela, il existe plusieurs coups de pouce : - L’activité physique douce qui stimule la circulation sanguine - L’hydratation qui favorise l’augmentation du volume et de la fluidité sanguine

Attention à la détox

Après un protocole PMA, une détox légère est conseillée afin d’aider le corps à éliminer les toxiques accumulés notamment via la prise de traitements hormonaux. Toutefois, attention, cela est vivement déconseillé en début de protocole ou en cas de grossesse. En effet, cela reviendrait à remettre tous les toxiques accumulés en circulation, et ainsi leur donner la possibilité de migrer vers le bébé.

Ecrit par Hannah Livage
Hannah Livage est Naturopathe et Sophrologue spécialisée en Fertilité.
Elle accompagne les couples dans leur désir d’enfant en les aidant à optimiser leur fertilité et à vivre plus sereinement leur parcours.
Pour en savoir plus et prendre rdv avec retrouvez-là sur Doctolib. 

SHARE

FAQ

Comment se déroule une PMA ?

La PMA consiste à déposer les spermatozoïdes dans l'utérus pour faciliter sa rencontre avec l’ovule. 

Quelle différence entre PMA et FIV ?

Dans le cas de la PMA, la fécondation a lieu directement dans le corps de la femme. Pour la FIV, la fécondation a lieu in vitro, soit hors du corps. 

Quel âge pour la PMA ?

En général, l’âge est fixé à 45 ans. Il faut garder en tête que plus on attend, moins la PMA a de chances d’aboutir.