Take care mama

Le mommy brain existe pour de vrai rassurez-vous ! Les modifications hormonales ou encore directement dans le cerveau sont responsables de cet état, et c’est normal. 

Le saviez vous ?

Le DHA joue un rôle très important dans le cerveau, notamment la mémoire. Par ailleurs, pendant votre grossesse et si vous allaitez, le DHA contribue au développement du cerveau de votre bébé. 

Le mommy brain : qu’est-ce que c’est ?

Qu’est-ce que le mommy brain ?

L'épuisement postnatal est le phénomène courant de la fatigue et de l'épuisement, associé à un sentiment de "cerveau de bébé".

 

Le terme "cerveau de bébé" englobe les symptômes de manque de concentration, de mémoire et de labilité émotionnelle (les émotions varient beaucoup plus facilement que par le passé, par exemple pleurer sans raison [1]). Un autre terme qui existe est le “brain fog”, ou "brouillard cérébral", qui désigne un ensemble de symptômes tels que des troubles de la mémoire, une incapacité à se concentrer, des difficultés à traiter les informations, de la fatigue et des pensées éparses.

 

Une étude a montré que les performances neurocomportementales se détériorent à partir de la deuxième semaine du post-partum et jusqu'à la fin de l'étude de 12 semaines par rapport au groupe contrôle, malgré des améliorations du sommeil post-partum [2].

 

Ces observations peuvent en partie s’expliquer par la perturbation du cycle de sommeil des femmes en postpartum, mais étant donné que cet état persiste, on peut supposer qu’il existe d’autres explications à ce phénomène. Les études évoquent plusieurs explications, notamment un impact hormonal, une modification directe dans le cerveau de la maman, mais également une implication de la nutrition.

Quels changements se produisent dans le cerveau de maman ?

De nombreux bouleversements se produisent après l’accouchement. Certains d’entre eux vont être en partie responsables du mommy brain. 

Les variations hormonales

Les fluctuations du milieu hormonal des mères au cours de la grossesse peuvent contribuer à ces changements cérébraux. Plus précisément, les variations de l'œstradiol, de la progestérone, de la prolactine, de l'ocytocine et du cortisol pendant la grossesse et le post-partum ont été impliqués dans la plasticité cérébrale [3]. 

Une modification directement dans le cerveau

Il a également été constaté une réduction de la matière grise qui persiste 2 ans après l’accouchement [3].
Des études sur les rongeurs ont indiqué que l'expression des comportements maternels est associée à des changements structurels dans les régions du cerveau. Il a été identifié des changements structurels dans des régions cérébrales chez les mères au cours des premiers mois du post-partum. Les recherches ont montré une augmentation de certaines zones du cerveau, notamment le lobe pariétal, qui est lié à l'empathie, et le lobe temporal, qui aide les mères à comprendre les signaux des bébés [4].

Quel est l’impact du DHA sur le mommy brain ?

Le DHA est un acide gras oméga 3 essentiel au fonctionnement normal du cerveau. Il est le principal acide gras oméga 3 présent dans la matière grise du cerveau (lieu des opérations mentales et du stockage des informations), représentant environ 15% de tous les acides gras [5].

 

L'épuisement du DHA cérébral est accru par les exigences physiologiques de la grossesse et de la lactation. Par ailleurs, après un cycle de reproduction, on observe une diminution de 18% des niveaux de DHA dans le cerveau [6]. Après la grossesse, les mères qui allaitent vont avoir des carences plus importantes en DHA que celles qui n’allaitent pas, mais aucune des deux ne retrouve un niveau normal en DHA à 6 semaines après l’accouchement [7]. De plus, les études montrent qu’un apport sous optimal en DHA diminue les niveaux de DHA dans le cerveau [8].

Le DHA agit sur la mémoire

Chez les animaux, un faible taux de DHA dans le cerveau entraîne des modifications du comportement et est associé à des problèmes d'apprentissage et à des déficits de mémoire [9]. Chez l'homme, des études indiquent que le DHA préserve l'apprentissage et la mémoire [10]. Par exemple, une étude a montré qu’une supplémentation en DHA permettait de booster la mémoire et de diminuer le temps de réaction, ce qui pourrait aider pour le mommy brain [11].

Le DHA joue sur les niveaux de sérotonine

Toute altération de la composition en acides gras du cerveau modifie probablement la neurobiologie maternelle. Cela pourrait être dû au fait qu’une diminution de DHA dans le cerveau altère la fonction sérotoninergique [12]. Or la sérotonine est impliquée notamment dans la régulation des comportements, l’humeur, l’anxiété ou encore l’apprentissage [13].

<span> Le DHA Jolly Mama </span>

 

Nous utilisons de l’huile de micro algue de schizochytrium, qui est naturellement riche en DHA et vegan dans notre snack Vanifique(200mg de DHA par snack), et notre pâte à tartiner Crazy nut ! Si vous allaitez, notre snack Cho-chocolat contient également 200mg de DHA !

 

Baby bump, notre complément multivitamine, apporte également 200mg de DHA par jour, issu d'une huile de poisson ultra pure et stable.

Est-ce que d’autres nutriments peuvent jouer sur le mommy brain ?

Comme le dit le Dr Oscar Serrallach, l’épuisement postnatal est en parti dû au fait que le placenta transmet de nombreux nutriments au bébé en pleine croissance pendant la grossesse, puisant dans les réserves maternelles (notamment pour les vitamines du groupe B et le DHA)[14]. Ce transfert de nutriments peut en partie expliquer le mommy brain. 

Les vitamines B6, B9 et B12 jouent sur le mommy brain

Par exemple, une étude menée auprès de 202 personnes souffrant de troubles cognitifs et présentant des niveaux de vitamine B12 faibles ou déficients a révélé que la supplémentation en B12 entraînait une amélioration de la cognition chez 84 % des participants et une amélioration des scores aux tests de mémoire et d'attention chez 78 % des participants [15]. De même, une étude récente portant sur 39 000 personnes a révélé qu'un faible taux de vitamine B12 était associé à des troubles de l'attention et de la mémoire [16].
Ces observations ont également été faites pour la vitamine B6 et les folates [17].

Le magnésium agit sur la cognition

Les études montrent également que le stress peut altérer les capacités de mémoire [18]. Or il s’avère que le magnésium permet de diminuer les niveaux de stress [19], ce qui peut s'avérer utile pour le mommy brain. Par ailleurs, des études ont mis en évidence un lien entre un faible statut en magnésium et une fonction cognitive altérée [20].

Comment surmonter le mommy brain ?

Utilisez des listes et mettez vous des rappels pour ne rien oublier.

Dormez quand vous le pouvez. Votre corps travaille dur et vous avez besoin de repos. Après la naissance, le sommeil est perturbé et le manque de sommeil peut avoir des effets cumulatifs, alors reposez-vous quand vous le pouvez.

N’hésitez pas à vous faire aider.

Ne vous inquiétez pas essayez de déstresser.

Soyez patient. Laissez à votre tête l'espace nécessaire pour effectuer ces changements et adaptations étonnants. Sachez que vous n'êtes pas seule et qu'il est prouvé que ces changements sont normaux.

SHARE

LA JOLLY NEWSLETTER

RECEVEZ DES NEWS À CROQUER