Did you know?

Les troubles digestifs (diarrhée et constipation) majorent les douleurs causées par l’endométriose et ressenties pendant et après les rapports sexuels.

L’endométriose, une maladie encore trop peu connue

Les femmes qui en souffrent mettent souvent du temps avant d’être diagnostiquées, en moyenne de 7 ans.

Crazy stats

50 à 80% des femmes diagnostiquées avec endométriose souffrent de dyspareunie.

Endométriose et sexualité

L’endométriose est une maladie gynécologique fréquente qui concerne une à deux femme sur dix en âge de procréer. Elle est liée à la présence de tissu semblable à la muqueuse utérine en dehors de l’utérus mais différents organes peuvent être touchés. Si la maladie peut être asymptomatique, elle provoque dans la majorité des cas, des douleurs fortes notamment au moment des règles. En effet, environ 70% des femmes atteintes d’endométriose souffrent de douleurs invalidantes pendant leurs règles. Cette maladie est aussi fréquente chez les femmes présentant des problèmes de fertilité: elle concerne en effet 35 à 40% des couples infertiles. 

Les symptômes de l’endométriose

L’endométriose est une maladie inflammatoire chronique et oestrogéno-dépendantes qui est encore trop peu connue. Les femmes qui en souffrent mettent souvent du temps avant d’être diagnostiquées, en moyenne de 7 ans.

 

Les symptômes le plus souvent retrouvés sont les suivants: 

  • Dysménorrhées: Ce sont des douleurs pendant les règles, mais qui peuvent se développer en dehors du cycle. 
  • Dyspareunies: Ce sont des douleurs dans le fond vaginal au moment de la pénétration et parfois après (douleurs post coïtales/ post-orgasmique).
  • Dyschésies: Elles correspondent à douleurs digestives, notamment défécatoires. 
  • Dysuries: Ce sont des douleurs urinaires, comme des cystites à répétition sans bactéries. 
  • Dysfertilité : Qui correspond à des problèmes pour concevoir un enfant.

 

Alors, pourquoi l'endométriose est-elle souvent un frein dans la sexualité? Intéressons nous à la dyspareunie. 

La dyspareunie, douleurs pendant et après les rapports sexuels

Intéressons nous tout d’abord à l’origine ethnologique de ce mot. Le préfixe dys- exprime la difficulté (du grec ancien δυσ-) et suffixe le pareunie (racine grecque pareunasthai) signifie accouplement. 

 

La dyspareunie veut donc dire difficulté pendant l'accouplement.

 

C'est un mot utilisé chez la femme comme chez l'homme. Chez la femme on distingue 2 types de dyspareunies. 

 

La dyspareunie superficielle

 

Elle correspond à des douleurs à l'entrée du vagin ou au niveau vulvaire (douleurs d'intromission, vaginisme, vulvodynie, vestibulodynie).

 

La dyspareunie profonde (douleur dans le fond vaginal et bas ventre). 

 

La dyspareunie profonde est le 2ème symptôme le plus fréquent retrouvé chez les personnes atteintes d'endométriose et c'est aussi le plus caractéristique ( puisqu’il touche entre 50 à 80% des patientes). 

C'est une douleur ressentie dans le fond vaginal au moment de la percussion ( pendant la pénétration). Elle peut être positionnelle, c'est à dire n'être ressentie que dans les positions qui entraînent des pénétrations profondes (type levrette), mais elle peut-être aussi ressentie en post rapport sexuel.

 

Causes de la dyspareunie: 

 

Des lésions proches de l’utérus et du vagin

Cette douleur est due principalement à la localisation de lésions d'endométriose proche de l'utérus et du vagin (LUS vessie, rectum, torus, ovaires etc...). Les ligaments utéro sacrés sont la localisation la plus fréquente de lésions chez les femmes atteintes d'endométriose. Ces ligaments qui tiennent l'utérus au sacrum, sont sur-sollicités lors de la pénétration vaginale car l'utérus bouge d'avant en arrière au rythme de la percussion. 

 

La contraction de l’utérus 

L'adénomyose (usuellement définie comme étant de l'endométriose interne à l'utérus) peut être responsable de douleurs post coïtales et post orgasmiques. Et pour cause, lors de l'excitation et du rapport sexuel (avec ou sans pénétration) l'utérus se contracte sous l'effet du plaisir. Cela peut provoquer une douleur dans le bas ventre, type douleurs de règles. La dyspareunie profonde est le symptôme de l'endométriose le plus difficile à gérer car 30 à 40% des patientes seulement sont soulagées par le traitement hormonal. 

 

Les facteurs qui peuvent accentuer les douleurs:

Une opération chirurgicale

Ces douleurs reviennent aussi parfois en post-chirurgical. La faute aux adhérences. Pour se protéger des lésions d'endométriose, le corps fabrique autour des adhérences qui sont responsables de la perte de mobilité des organes, c'est ça le plus douloureux. Le fait que les organes ne puissent pas "bouger" correctement. 

Les troubles digestifs

La dyspareunie profonde est majorée par les troubles digestifs de type diarrhée et constipation. La perte d'espace libre dans le bassin due à la constipation et l'inflammation causée par les diarrhées augmentent ces douleurs. 

Des traitements hormonaux

Cette douleur d'intromission et vulvaire peut-être aussi associée aux traitements hormonaux, qui en effets secondaires, provoquent parfois sécheresse et atrophie vaginale. Cette sécheresse va affiner la muqueuse vaginale et provoquer échauffements et microfissures lors de la pénétration. 

La dyspareunie superficielle liée à l'endométriose n'est que très peu souvent un symptôme. C'est dans la plupart du temps une conséquence de celle-ci. 

Une sexualité douloureuse répétitive, les douleurs chroniques et le stress engendrent parfois une hypervigilance cérébrale. C'est-à-dire que le cerveau met en place un mécanisme de défense pour protéger le corps d'un acte douloureux. 

C'est plutôt un signe de bonne santé mentale, quand vous mettez le doigt au-dessus d'une bougie, le cerveau provoque une contraction inconsciente et réflexe pour que vous puissiez retirer votre doigt.

Dans le cadre de rapports sexuels douloureux à répétition, le cerveau met en place ce même mécanisme de protection. Il va tout faire pour que la pénétration ne puisse pas se faire: contraction inconsciente et involontaire du périnée, rendant la pénétration douloureuse voire impossible, parfois mycoses et cystites à répétition. 

Quelle prise en charge possible?

Il existe plusieurs solutions pour vous aider à mieux comprendre votre sexualité et à gérer les douleurs. 

La sexothérapie

La sexothérapie permet de mieux comprendre l'impact de l'endométriose sur sa sexualité, son fonctionnement ainsi que toutes les conséquences liées à la maladie ou à ses traitements (perte de lubrification et de libido, douleurs à l'entrée du vagin.

Cela permet de se reconnecter à soi et à son partenaire (ouvrir le dialogue, développer l'érotisme en solo et en duo, diminuer les stratégies d'évitement). Ce travail passe par des exercices à faire seule ou à deux afin d'apprivoiser la maladie et développer une sexualité différente.

A noter que les dyspareunies dues à l'endométriose sont parfois la face émergée de l'iceberg et que dans la prise en charge en sexothérapie, il arrive que cette douleur soit associée à d'autres problématiques. Il faut les travailler ensemble. Prendre les choses dans la globalité. 

La nutrition

Un suivi avec un ou une nutritionniste spécialisée dans l'endométriose permettra de faire baisser l'inflammation et donc de réduire les douleurs. Les dyspareunies sont majorées par les troubles digestifs et beaucoup de personnes atteintes d'endométriose souffrent de ces désagréments. Les variations de poids dues au traitements, aux douleurs à la fatigue chronique participent à une perte de confiance en soi, à une dissociation du corps et de l'esprit, ce qui accentue le mauvais rapport avec son corps et favorise la baisse de libido. 

La kinésithérapie

Dans l'endométriose ce qui fait mal c'est la perte de mobilité des organes. La kinésithérapie favorise le mouvement et permet de travailler sur la mobilité corporelle et organique ainsi que sur les hypertonies périnéo-pelviennes. Remboursée, la kinésithérapie est à nos yeux, le soin qui doit perdurer. 

L'endométriose est une maladie chronique, la douleur le devient aussi. Petit à petit, avec un suivi personnalisé, la kinésithérapie aide à rebouger, puis à diminuer les douleurs 

Ce qui est important dans l'endométriose c'est la prise en charge pluridisciplinaire.

 

Il faut trouver les soins de support qui seront adaptés à chacune pour diminuer et mieux vivre avec les douleurs. C'est une histoire de cas par cas. Vous pouvez en plus vous tourner vers l'ostéopathie, l'hypnose, la sophrologie, la naturopathie etc etc... 

Conclusion

N'oublions jamais que, dans la vie, rien n'est jamais figé, aujourd'hui est aujourd'hui, demain est un autre jour. Un jour sans douleurs, un jour avec une sexualité plus épanouie. Tout est possible. N'oublions jamais que "le savoir c'est le pouvoir". Comprendre sa maladie et son fonctionnement permet de mieux l'apprivoiser puis de prendre le pouvoir. Nous vous souhaitons de prendre le pouvoir ! 

 

Article rédigé par Chloé Loiacono, sexologue thérapeute spécialisée en endométriose

Pour en savoir plus : lesconseilssexo.com

SHARE

FAQ

A quoi sont dues les douleurs lors de mes rapports sexuels ?

Dans la plupart des cas, des lésions causées par l’endométriose sont localisées sur des ligaments proches de l’utérus, appelées ligaments utéro sacrés. Avec la pénétration, ces ligaments sont sur sollicités, ce qui provoque des douleurs.

Comment les soulager ?

Il faut trouver les soins de support qui seront adaptés à chacune pour diminuer et mieux vivre avec les douleurs. Vous pouvez en plus vous tourner vers la sexothérapie, la nutrition, la kinésithérapie, l'ostéopathie, l'hypnose, la sophrologie ou encore la naturopathie.