Nausées et vomissements durant la grossesse : que faire ?

Les nausées et vomissements surviennent chez 74% des femmes enceintes, et 50% ne souffrent que de vomissements.

 

80% des femmes concernés rapportent que leurs symptômes durent toute la journée, et seulement 1.8% juste le matin [1] .

 

Chez 50% des femmes, les nausées et les vomissements disparaissent à la 14ème semaine et chez 90% des femmes à la 22ème semaine [2].

Quelles sont les causes des nausées et vomissements ?

Les causes précises des nausées durant la grossesse sont encore inconnues. Les études montrent que des antécédents de mal des transports ou de migraines pourraient augmenter le risque. Les nausées pourraient également être liées à l’histoire d’une femme, car des niveaux plus élevés de nausées ont été constatés chez les femmes dont les mères ont eu des problèmes de nausées pendant leur grossesse [3].

 

Le moment de l'apparition, la durée et la gravité des symptômes diffèrent d'une femme à l'autre et d'une grossesse à l'autre chez la même femme [4].

Hausse de l’hormone hCG en début de grossesse

Le facteur le plus impliqué dans les nausées et vomissements de grossesse est la gonadotrophine chorionique humaine (hCG). La gonadotrophine chorionique humaine (hCG) est synthétisée et libérée pour stimuler la production de progestérone lutéale afin de maintenir la grossesse.

 

Ce lien entre les deux repose en grande partie sur la relation temporelle entre le pic des nausées et vomissements et le pic de production de l'hCG, qui surviennent tous deux entre 12 et 14 semaines de grossesse [5]. Des taux de hCG urinaires et sanguins plus élevés sont observés chez les femmes atteintes de nausées et vomissements par rapport à celles qui sont asymptomatiques [6][7].
 

Stimulation de la thyroïde et demande en iode de l’embryon

Le lien entre la hCG et les nausées et vomissements peut s’expliquer par le fait que cette hormone stimule la thyroïde en début de grossesse, en réponse à des signaux envoyés par le fœtus. Lorsque l'iode alimentaire est rare, l'embryon en tire un bénéfice au détriment de la mère mais lorsque l'iode est abondant, les nausées de grossesse, souvent légères et parfois graves, sont une conséquence de la demande en iode non diminuée de l'embryon [8].

 

Ainsi, les nausées pourraient indiquer une bonne fonction de la thyroïde et une bonne qualité embryonnaire, alors qu’un manque de nausées pourrait éventuellement être le signe d’un problème d’hormones thyroïdiennes [9], même si de nombreuses femmes enceintes n’ont pas de nausées et sont en bonne santé !

 

Un excès d’oestrogènes et de progestérone

Les taux d'estradiol augmentent au début de la grossesse et diminuent plus tard, ce qui reflète l'évolution typique des nausées et des vomissements pendant la grossesse. Plus le taux d'œstrogènes augmente, plus l'incidence des vomissements augmente [10]. La progestérone diminue la contractilité des muscles lisses et peut altérer la vidange gastrique et entraîner une augmentation des nausées et des vomissements. 

Est-ce que les nausées et vomissements peuvent être bénéfiques ?

Dans une revue, des chercheurs ont constaté que les nausées étaient fortement associées à un risque réduit de fausse couche [11]. Chez les femmes ayant déjà subi une ou deux pertes de grossesse, les nausées et les vomissements étaient fréquents au début de la grossesse et associés à un risque réduit de perte de grossesse durant les 20 premières semaines [12].

 

Cela pourrait être dû au fait que le corps nous protégerait des aliments qui pourraient nous rendre malade et transmettre des bactéries au bébé [13].  

 

Si vous n'avez pas de nausées, cela ne signifie pas que vous n'aurez pas une grossesse en bonne santé ; et si vos nausées s’arrêtent, cela ne signifie pas non plus que vous risquez une perte de grossesse.

Quelle alimentation contre les nausées et vomissements ?

Manger des petites collations


Il vaut mieux prendre des petites collations fréquentes que des gros repas. Cela vous évite d’être trop affamé, ou d’avoir le ventre trop plein, ou d’avoir une baisse de votre taux de sucre dans le sang. Ces trois facteurs sont des déclencheurs courants de nausées !

 

Faire attention à la composition en gras, favoriser les glucides
 

Les produits trop gras vont retarder la vidange gastrique et favoriser les nausées et vomissements [14]. Les glucides sont faciles à digérer et peuvent vous aider à prendre un peu de calories malgré tout, mais attention car des fluctuations de la glycémie peuvent favoriser les nausées.

 

Les crackers salés, surtout s’ils sont faits avec des farines blanches, peuvent faire augmenter votre glycémie, ce qui n’est pas une bonne idée. Si vous souhaitez en consommer, ajoutez des noix, du fromage ou un avocat par exemple!

 

Consommer des protéines


Les nausées du premier trimestre sont associées à des dysrythmies gastriques (perturbations de l’activité gastrique). Dans une étude, ils ont observé que les repas à prédominance protéique réduisent les nausées et l'activité dysrythmique de façon significative [15].

 

Mama poule, notre bouillon de poule liquide bio, est riche en protéines !

 

Purple power est la poudre de protéines végétales gourmandes, à mélanger en latte ou dans un smoothie pour apaiser ses symptômes.

 

Favoriser les liquides


Les repas liquides diminuent les perturbations de l’activité gastrique, ce qui pourrait diminuer les nausées [15].

 

Astuce pour la consommation de protéines liquides : un latte avec la poudre Mamaload au cacao qui contient du collagène.

 

Les aliments aigres peuvent aider
 

Même si rien n’est prouvé, ils pourraient aider, ce qui expliquerait pourquoi les cornichons sont une envie fréquente de grossesse.

 

Ce qui peut aussi aider : de l’eau au citron.

 

Consommez du gingembre
 

Le gingembre est connu pour aider à améliorer les nausées et vomissements de la grossesse en stimulant la motilité du tractus gastro-intestinal et en favorisant l'écoulement de la salive, de la bile et des sécrétions gastriques [16].

 

Une étude a montré qu’un traitement avec 250 mg de gingembre quatre fois par jour en comparaison à un placebo pendant 4 jours avait permis une amélioration significative des nausées par rapport aux femmes du groupe placebo [16].

 

Attention aux compléments alimentaires, ne pas dépasser 1g en 24h (et prendre après avis de votre médecin).

 

Les aliments riches en vitamine B6


La vitamine B6 est couramment utilisée comme traitement de première intention des nausées et vomissements de la grossesse. Elle est associée à une diminution des nausées [17].

Sources de vitamine B6 : pistaches, graines de tournesol, fruits et légumes (bananes, lentilles, etc).


Des médicaments à base de vitamine B6 peuvent être prescrits par votre médecin.

Quelques remèdes naturels contre les nausées et vomissements

Faire de l’acupression

 

L'acupression est une variante non invasive de l'acupuncture qui consiste à appliquer une pression constante sur des points ou des zones spécifiques. L'acupression P6 (ou point Neiguan) est proposée pour traiter ces symptômes. Le point P6 est situé sur la face interne de l'avant-bras, près du poignet [18].

 

Préférez prendre un rendez-vous avec un spécialiste plutôt que de vous faire un massage seule. Certains points d’acupression ne doivent pas être stimulés durant la grossesse.

 

L’aromathérapie peut aider contre les nausées

 

L’huile essentielle de lavande est sans danger durant la grossesse et assez efficace si ce sont les odeurs qui déclenchent vos nausées. Diffusez un mélange de 4 gouttes de lavande vraie + 1 goutte de citron ou de gingembre.

Attention toutefois aux huiles essentielles que vous prenez pendant la grossesse. 

Astuces pour réduire les nausées

Il est recommandé de manger doucement, en conscience et à sa faim. Evitez de boire pendant les repas. Si les odeurs déclenchent vos nausées, demandez à votre partenaire de faire la cuisine. Consommez les aliments froids plutôt que chaud car ils ont moins d’odeur.

 

Soyez attentive à ce qui les déclenche (odeurs, avoir trop faim, manger trop vide, etc).

NOS SOURCES

[1] Herrell, Howard Ernest. 2014. « Nausea and Vomiting of Pregnancy ». American Family Physician 89 (12): 965‑70.

[2] Lacroix, R., E. Eason, et R. Melzack. 2000. « Nausea and Vomiting during Pregnancy: A Prospective Study of Its Frequency, Intensity, and Patterns of Change ». American Journal of Obstetrics and Gynecology 182 (4): 931‑37. https://doi.org/10.1016/s0002-9378(00)70349-8.

[3] Gadsby, R., A. M. Barnie-Adshead, et C. Jagger. 1997. « Pregnancy Nausea Related to Women’s Obstetric and Personal Histories ». Gynecologic and Obstetric Investigation 43 (2): 108‑11. https://doi.org/10.1159/000291833.

[4] Chan, Ronna L., Andrew F. Olshan, David A. Savitz, Amy H. Herring, Julie L. Daniels, Herbert B. Peterson, et Sandra L. Martin. « Maternal Influences on Nausea and Vomiting in Early Pregnancy ». Maternal and child health journal 15, no 1 (janvier 2011): 122‑27. https://doi.org/10.1007/s10995-009-0548-0.

[5] Lee, Noel M., et Sumona Saha. 2011. « Nausea and Vomiting of Pregnancy ». Gastroenterology clinics of North America 40 (2): 309‑vii.https://doi.org/10.1016/j.gtc.2011.03.009.

[6] Masson, G. M., F. Anthony, et E. Chau. 1985. « Serum Chorionic Gonadotrophin (HCG), Schwangerschaftsprotein 1 (SP1), Progesterone and Oestradiol Levels in Patients with Nausea and Vomiting in Early Pregnancy ». British Journal of Obstetrics and Gynaecology 92 (3): 211‑15.https://doi.org/10.1111/j.1471-0528.1985.tb01084.x.

[7] Goodwin, T. M., M. Montoro, J. H. Mestman, A. E. Pekary, et J. M. Hershman. 1992. « The Role of Chorionic Gonadotropin in Transient Hyperthyroidism of Hyperemesis Gravidarum ». The Journal of Clinical Endocrinology and Metabolism 75 (5): 1333‑37.https://doi.org/10.1210/jcem.75.5.1430095.

[8] Forbes, Scott. 2014. « Pregnancy Sickness and Parent-Offspring Conflict over Thyroid Function ». Journal of Theoretical Biology 355 (août): 61‑67. https://doi.org/10.1016/j.jtbi.2014.03.041.

[9] Forbes, Scott. 2002. « Pregnancy Sickness and Embryo Quality ». Trends in Ecology & Evolution 17 (3): 115‑20. https://doi.org/10.1016/S0169-5347(01)02428-4.

[10] Goldzieher, J. W., L. E. Moses, E. Averkin, C. Scheel, et B. Z. Taber. 1971. « A Placebo-Controlled Double-Blind Crossover Investigation of the Side Effects Attributed to Oral Contraceptives ». Fertility and Sterility 22 (9): 609‑23.

[11] Weigel, R. M., et M. M. Weigel. « Nausea and Vomiting of Early Pregnancy and Pregnancy Outcome. A Meta-Analytical Review ». British Journal of Obstetrics and Gynaecology 96, no 11 (novembre 1989): 1312‑18. https://doi.org/10.1111/j.1471-0528.1989.tb03229.x.

[12] Hinkle, Stefanie N., Sunni L. Mumford, Katherine L. Grantz, Robert M. Silver, Emily M. Mitchell, Lindsey A. Sjaarda, Rose G. Radin, Neil J. Perkins, Noya Galai, et Enrique F. Schisterman. « Association of Nausea and Vomiting During Pregnancy With Pregnancy Loss: A Secondary Analysis of a Randomized Clinical Trial ». JAMA Internal Medicine 176, no 11 (11 novembre 2016): 1621. https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2016.5641.

[13] Placek, Caitlyn D., Purnima Madhivanan, et Edward H Hagen. « Innate food aversions and culturally transmitted food taboos in pregnant women in rural southwest India: separate systems to protect the fetus? » Evolution and human behavior : official journal of the Human Behavior and Evolution Society 38, no 6 (novembre 2017): 714‑28. https://doi.org/10.1016/j.evolhumbehav.2017.08.001.

[14] Lee, Noel M., et Sumona Saha. 2011. « Nausea and Vomiting of Pregnancy ». Gastroenterology clinics of North America 40 (2): 309‑vii.https://doi.org/10.1016/j.gtc.2011.03.009.

[15] Jednak, M. A., E. M. Shadigian, M. S. Kim, M. L. Woods, F. G. Hooper, C. Owyang, et W. L. Hasler. 1999. « Protein Meals Reduce Nausea and Gastric Slow Wave Dysrhythmic Activity in First Trimester Pregnancy ». The American Journal of Physiology 277 (4): G855-861.https://doi.org/10.1152/ajpgi.1999.277.4.G855.

[16] Vutyavanich, T., T. Kraisarin, et R. Ruangsri. 2001. « Ginger for Nausea and Vomiting in Pregnancy: Randomized, Double-Masked, Placebo-Controlled Trial ». Obstetrics and Gynecology 97 (4): 577‑82. https://doi.org/10.1016/s0029-7844(00)01228-x.

[17] Vutyavanich, Teraporn, Supreeya Wongtra-ngan, et Rung-aroon Ruangsri. 1995. « Pyridoxine for Nausea and Vomiting of Pregnancy: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Trial ». American Journal of Obstetrics & Gynecology 173 (3): 881‑84. https://doi.org/10.1016/0002-9378(95)90359-3.

[18] Boelig, Rupsa C., Samantha J. Barton, Gabriele Saccone, Anthony J. Kelly, Steve J. Edwards, et Vincenzo Berghella. 2016. « Interventions for Treating Hyperemesis Gravidarum ». Cochrane Database of Systematic Reviews, no 5. https://doi.org/10.1002/14651858.CD010607.pub2.

Produits recommandés

SHARE

FAQ

Quel remède contre les nausées de grossesse ?

Vous pouvez essayer les tisanes de gingembre. Le gingembre est connu pour aider à améliorer les nausées et vomissements de la grossesse.

Quand commencent les nausées en début de grossesse ?

Les nausées peuvent commencer dès le début de la grossesse. En général, elles s‘arrêtent à la 14ème semaine et ou à la 22ème semaine au plus tard. 

Quelle boisson contre les nausées ?

Il a également été montré que les repas liquides et les protéines aident à diminuer les nausées. Astuce pour la consommation de protéines liquides : vous pouvez vous faire un smoothie avec une poudre de collagène de qualité.

Livraison rapide et gratuite

dès 100€ d'achat en France et Belgique

INNOVATION FRANÇAISE

La majorité de nos ingrédients sont français et bios

UNE QUESTION ?

Nous sommes à votre écoute du lundi au vendredi (9h-13h et 14h-18h) :