Take care mama

N’ayez pas peur des polluants dans le lait maternel. Même s’il était contaminé, les études montrent qu’il reste meilleur pour votre bébé que les laits pour nourrissons. 

Le saviez vous ?

Le lait maternel contient des antioxydants qui pourraient compenser l'impact néfaste de la pollution subie par l'enfant lors de la grossesse.

Quelques conseils

On privilégie les fruits et légumes bio 
Ils auront d’ailleurs un profil nutritionnel plus intéressant
On les lave bien (la peau est le plus contaminé) 

Le lait maternel est-il pollué ?

Quels sont les plus gros contaminants ?

Dioxine

Les dioxines sont des polluants organiques persistants de l’environnement. Plus de 90% de l’exposition humaine passe par l’alimentation, principalement la viande, les produits laitiers, les poissons et les fruits de mer [1]. 

Mercure

On trouve le mercure dans les plus gros poissons (thon, espadon, etc). Essayez de limite la composition de ces poissons.

DDT

Les DDT (dichlorodiphényltrichloroéthane) sont des pesticides qui étaient utilisés à des fins agricoles. Ils sont maintenant interdits mais on retrouve encore des traces de DDT dans les sols et les eaux, et donc dans l'alimentation.

PCB

Les PCB (polychlorobiphényles) sont des polluants organiques persistants qui s’accumulent dans différents milieux, en particulier le sol. L’alimentation constitue la principale source d’exposition aux PCB (90 % de l’exposition totale) qui sont surtout présents dans les produits d’origine animale: poissons, viande, œufs, produits laitiers [2].

Est-ce qu’il faut s’inquiéter de la composition du lait maternel ?

Les recherches des dernières années montrent que même légèrement pollué, le lait maternel reste de loin le meilleur choix pour les bébés !! Et le meilleur pour notre planète déjà bien polluée.

L’allaitement aurait des effets protecteurs sur ces contaminants

Un chercheur américain a suivi pendant plus de 15 ans des femmes et leur bébé. Il a essayé d’estimer l’impact de l'exposition aux polluants notamment les PCB et DDT par le biais de l'allaitement en terme d’espérance de vie. Les bébés allaités et exposés aux polluants voyait leur espérance de vie baisser de 3 jours en moyenne, comparé aux 70 jours pour les bébés non allaités [3].

Allaiter : bon pour l’écologie !

Comme le souligne la Leche League : “L'allaitement abaisse les besoins en produits laitiers, ainsi que les besoins en matières premières et les pollutions induites par la fabrication, le transport et l'utilisation des laits industriels pour nourrissons. L'allaitement ne demande ni eau pour préparer et nettoyer les biberons, ni combustible pour chauffer cette eau. Il diminue la prévalence des maladies, et donc l'utilisation de médicaments. Il est en outre un facteur de régulation démographique.”

Les personnes les plus à risque d’avoir des polluants

Les taux les plus élevés de polluants ont été retrouvés chez les femmes avec un premier bébé, les femmes qui fument et celles consommant régulièrement des boissons alcoolisées, les femmes plus âgées. Le taux baisse au fur et à mesure de la lactation. Il est conseillé d’essayer de garder un poids relativement stable, pour ne pas mobiliser les réserves de graisses, où les polluants se logent traditionnellement [4], [5]. Pour éviter les métaux lourds, on peut également conseiller de consommer suffisamment de calcium, ce qui permettrait de limiter le transfert du plomb (qui est stocké dans les os) [6].

Quel est l’effet du lait maternel sur les polluants ?

Selon un chercheur Américain, le Dr. Goldman, le lait maternel permet au système immunitaire de bébé d’augmenter ses défenses en contenant notamment des facteurs anti-inflammatoires, des probiotiques, qui rendent le tract digestif plus résistant aux pathogènes, dont les polluants [7].

 

Ils contiendrait de nombreux antioxydants qui pourraient compenser l'impact néfaste de la pollution subie par l'enfant lors de la grossesse. Dans les études menées dans des zones très polluées par les PCB, l’exposition in utero a effectivement des effets négatifs sur le développement des enfants, alors que l’allaitement n’en a pas. Et dans certaines de ces études, il semblerait que l’allaitement maternel pourrait en effet atténuer les effets d’une exposition durant la grossesse [8].

 

Bien sûr il n'y a pas d'antidote magique dans le lait maternel, mais ce que les chercheurs s'accordent à dire, c'est que les bénéfices de l'allaitement sont largement supérieurs à une exposition potentielle à des toxines.

Comment essayer de se protéger au mieux ?

Bien sûr, on ne doit pas se satisfaire de la situation actuelle, et sans tomber dans la psychose, on peut essayer de limiter au maximum son exposition aux polluants, pour bébé et pour soi.

Faire attention à son alimentation

Diminuer les gras animaux, surtout les non bio (bio de façon limitée, ok), car leurs graisse concentrent les polluants liposolubles. Eviter les gros poissons qui sont donc les plus susceptibles d'être pollués par les PCBs et le mercure (par exemple le thon qui concentre le mercure, un métal lourd particulièrement néfaste pour la santé hormonale, la fertilité et la grossesse).

 

Consommer des fibres pour éliminer plus facilement ces composés. 

 

Consommer bio dès que possible (même si tous les fruits et légumes ne sont pas logés à la même enseigne). Bien laver les fruits et les légumes, surtout s’ils ne sont pas bio.

Faire attention à l’eau qu’on consomme

Investir dans un bon filtre à eau du robinet car l'eau du robinet est loin d'être clean malheureusement (métaux lourds, résidus de médicaments, pesticides de l'agriculture, chlore...). Ne pas boire de l’eau dans les bouteilles plastiques, acheter une gourde en métal ou verre.

Faire attention aux produits et matériaux qu’on utilise

Éliminer les outils de cuisine comme les poêles ou le papier sulfurisé (car anti-adhésif = perturbateur endocrinien). Privilégier les poêles et casseroles en inox ou en fonte par ex, les plats allant au four en verre à graisser pour éviter d'utiliser du papier sulfurisé…

 

Faire attention aux meubles neufs, surtout bons marché, avec des plaques de bois par exemple, privilégier l’ancien en le retapant.

 

Attention aux maisons neuves, les produits de constructions et de rénovations contiennent beaucoup de perturbateurs. 

 

On nettoie avec des produits naturel (vinaigre, bicarbonate de soude..), on utilise des lessives “green” (pas de détachants toxiques, tant pis pour les tâches récalcitrantes), attention à la peinture, si vous faites des travaux chez vous…

 

Aérer quotidiennement

Ne pas perdre de poids trop vite

Éviter les pertes de poids trop importantes et rapides pendant l'allaitement. Si vous perdez du poids trop vite, les polluants stockés dans les graisses peuvent rapidement se libérer dans le sang.

Faire attention aux cosmétiques

Vérifier soigneusement la composition des produits appliqués sur les mamelons. On préférera toujours du lait maternel à des crèmes.

 

Passer aux cosmétiques bio, sans BPA, parabènes ou phthalates.

Le saviez-vous ?

Les polluants agissent aussi sur notre cycle et notre santé hormonale et féminine. Les perturbateurs endocriniens sont souvent des xéno oestrogènes : ils agissent sur nos récepteurs hormonaux, en influençant les processus de synthèse, de sécrétion, de transport, de stockage, de libération d’action ou d’élimination des hormones. Ils peuvent ainsi dérégler le cycle hormonal et augmenter le risque de cancer. 

 

Souvent on pense que le fait d'être exposé à très peu de perturbateurs endocriniens en quantité fait qu'on est hors de danger. Or notre propre système endocrinien fonctionne avec de toutes petites quantités d'hormones, et de toutes petites quantités de perturbateurs endocriniens ont la capacité de considérablement perturber notre équilibre hormonal.

 

Donc pour avoir un cycle régulier, sans douleurs, on commence déjà par faire attention à s'en éloigner le plus possible [9]. 

POURQUOI CE PRODUIT ?

Baby Bump permet de couvrir à la fois les besoins de la maman et ceux de son bébé, en combinant un complexe multivitamines grossesse (avec 16 nutriments sous forme bioactive). Il contient notamment du DHA qui contribue au développement du cerveau et de la vision du bébé allaité.

Profitez de 10% de remise en vous inscrivant à notre newsletter.

Baby bump

Baby bump

Parce qu’une bonne alimentation ne suffit pas toujours, nous avons créé Baby bump.

Véritable 3 en 1, il permet de couvrir à la fois les besoins de la future maman et ceux de son bébé, en combinant un complexe multivitamines grossesse (avec 16 nutriments sous forme bioactive), du DHA et de la choline. Baby bump couvre également l’apport journalier recommandé en vitamine B9

Petit plus ! Sa forme innovante de gélule "Duocaps", une capsule sèche contenue dans une capsule d’ingrédients huileux, facilite la prise avec seulement 2 gélules par jour. Le tout dans un pot en verre et avec un couvercle 100% recyclable.

60 gélules (1 mois)

Parce qu’une bonne alimentation ne suffit pas toujours, nous avons créé Baby bump.

Véritable 3 en 1, il permet de couvrir à la fois les besoins de la future maman et ceux de son bébé, en combinant un complexe multivitamines grossesse (avec 16 nutriments sous forme bioactive), du DHA et de la choline. Baby bump couvre également l’apport journalier recommandé en vitamine B9

Petit plus ! Sa forme innovante de gélule "Duocaps", une capsule sèche contenue dans une capsule d’ingrédients huileux, facilite la prise avec seulement 2 gélules par jour. Le tout dans un pot en verre et avec un couvercle 100% recyclable.

60 gélules (1 mois)

Parce qu’une bonne alimentation ne suffit pas toujours, nous avons créé Baby bump.

Véritable 3 en 1, il permet de couvrir à la fois les besoins de la future maman et ceux de son bébé, en combinant un complexe multivitamines grossesse (avec 16 nutriments sous forme bioactive), du DHA et de la choline. Baby bump couvre également l’apport journalier recommandé en vitamine B9

Petit plus ! Sa forme innovante de gélule "Duocaps", une capsule sèche contenue dans une capsule d’ingrédients huileux, facilite la prise avec seulement 2 gélules par jour. Le tout dans un pot en verre et avec un couvercle 100% recyclable.

60 gélules (1 mois)

Parce qu’une bonne alimentation ne suffit pas toujours, nous avons créé Baby bump.

Véritable 3 en 1, il permet de couvrir à la fois les besoins de la future maman et ceux de son bébé, en combinant un complexe multivitamines grossesse (avec 16 nutriments sous forme bioactive), du DHA et de la choline. Baby bump couvre également l’apport journalier recommandé en vitamine B9

Petit plus ! Sa forme innovante de gélule "Duocaps", une capsule sèche contenue dans une capsule d’ingrédients huileux, facilite la prise avec seulement 2 gélules par jour. Le tout dans un pot en verre et avec un couvercle 100% recyclable.

60 gélules (1 mois)

46€

SHARE

LA JOLLY NEWSLETTER

RECEVEZ DES NEWS À CROQUER

FAQ

Quelles sont les contre-indications de l'allaitement maternel ?

Il existe dans de très rare cas que l’allaitement ne soit pas possible, en cas de chimiothérapie notamment.

Est-ce que je peux allaiter si j'ai le Covid ?

Le fait d’avoir le covid ne doit pas vous faire arrêter l’allaitement. Au contraire, votre lait transmettra des facteurs protecteurs à votre bébé qui a déjà été exposé avant même que vous ne sachiez que vous étiez malade. 

Quels sont les avantages de l'allaitement maternel ?

L’allaitement comporte de multiples bienfaits. Tout d’abord, le lait maternel est spécifiquement adapté aux besoins du bébé, il contient également des facteurs bioactifs comme des anticorps. D’après certaines études, il aurait également des bienfaits sur la santé maternelle et sur celle de l’enfant.