Take care mama

Utilisez des applications, lisez les étiquettes, afin de faire le bon choix pour vos cosmétiques. 

Le saviez-vous ?

Le label Cosmos est apposé sur des produits contenant seulement 20% au moins du total d’ingrédients bio…

Cosmétiques : lesquels choisir pendant la grossesse ?

Attendre un enfant est une grande aventure qui bouleverse le quotidien. Elle marque souvent un tournant dans les habitudes de consommation. On sait aujourd’hui combien la période des 1000 premiers jours est critique pour sa santé à long terme.

Parce que le bon développement de l’enfant est une priorité, il devient nécessaire de se méfier de certains ingrédients. Pourtant les produits issus de l’industrie cosmétique conventionnelle indiquent rarement les contre-indications pour les femmes enceintes. Pour faire le tri et éliminer au maximum les produits nocifs, il faut d’abord comprendre les composants.

Quels sont les composants d’un produit cosmétique ?

Un produit cosmétique est toujours composé de trois types d’ingrédients principaux. 

Principe actif

On retrouve en premier lieu les principes actifs qui apportent l’effet voulu sur la peau comme l’hydratation ou l’action anti-âge. 

Excipients

Viennent ensuite les excipients qui sont essentiels pour protéger les propriétés des principes actifs et éviter leur dégradation. 

Additifs

Enfin, de multiples additifs peuvent être ajoutés comme des conservateurs, des agents texturants, des colorants ou des parfums.

Et le rôle de l’eau ?

L’eau est bien souvent présente dans les produits cosmétiques. Or elle peut être à l’origine de la prolifération bactérienne. Pour y remédier des conservateurs sont donc incorporés dans les crèmes, gels, émulsion, lait et mousse. Inversement, il est plus rare de constater une prolifération bactérienne dans des produits sans eau. En revanche, il est essentiel de tenir ces produits au sec, d’où l’importance de faire sécher correctement vos produits solides entre chaque utilisation !

 

Que faut-il éviter alors ?

Aujourd’hui les ingrédients controversés sont souvent les excipients et les additifs. Bien que les conservateurs et les filtres UV soient essentiels, certains s’avèrent dangereux car ils sont en réalité des perturbateurs endocriniens. De plus, les texturants et excipients les plus utilisés dans l’industrie de la cosmétique conventionnelle peuvent être issus de la pétrochimie, et ne sont donc ni écologiques ni bons pour notre santé. Enfin, gare aux micro-plastiques !

Des outils pour faire un premier tri

Trier soi même

Afin d’éliminer le maximum de d’ingrédients nocifs, de nombreuses applications permettent de faire des premiers tris. Parmi elles, l’application Mireille se montre très efficace. Totalement indépendante, elle a été co-créée par un biologiste et elle permet d’évaluer les cosmétiques simplement en les scannant. L’application INCI Beauty est aussi très efficace et certains sites comme La vérité sur les cosmétiques peuvent aider à y voir plus clair.

 

Ce tri est-il suffisant pour une femme enceinte ?

Non, ce premier tri est efficace mais ne prend pas en compte les contre-indications pour les femmes enceintes. En plus de cette sélection, il vous faudrait aussi éviter idéalement d’autres ingrédients comme les produits contenant des parfums synthétiques et certaines huiles essentielles. La liste peut vite devenir longue et la tâche compliquée pour une future maman.

Quelles sont les contre-indications spécifiques pour les femmes enceintes ?

Aujourd’hui la situation de la femme enceinte est très faiblement prise en compte dans la réglementation européenne, notamment au sein du règlement (CE) n°1223/2009. Les produits désignés comme tout public portent à croire qu’ils sont aussi adaptés à la femme enceinte à tord. Seuls des tests supplémentaires sont exigés sur les produits destinés aux enfants de moins de 3 ans. Il n’existe pas non plus de plateforme ou de support regroupant toutes les données et les contre-indications liées à la maternité.

Des risques pourtant importants pendant la grossesse

Différentes contre-indications spécifiques pour les femmes enceinte doivent être considérées. Par exemple, le rétinol, aussi appelé vitamine A doit être proscrit car il est tératogène c’est à dire qu’il peut empêcher le bon développement du fœtus et donc déformer le futur bébé. En plus, toutes les étapes de la maternité et de la grossesse sont différentes et demandent des attentions particulières.

Les huiles essentielles, un vrai danger pendant la grossesse ?

On entend tout et son contraire au sujet des huiles essentielles. Par souci de simplification, elles sont souvent entièrement proscrites pendant la grossesse. Pourtant certaines huiles essentielles sont totalement compatibles avec la grossesse comme celles d’agrumes, et même en utilisation pure (en respectant les posologies indiquées). En revanche, les huiles essentielles de palmarosa ou de menthe par exemple, sont à proscrire littéralement. Pour y voir plus clair, n’hésitez pas à consulter les travaux de la référente en la matière, Danièle Festy. Enfin, il faut savoir que la plupart du temps, les recommandations sont données en utilisation pure, or dans les produits cosmétiques, les huiles essentielles sont présentes en très faible dose (moins de 1% de la formule totale en général) ce qui limite davantage “les risques”.

Et si c’est bio, est-ce que c’est ok ?

Ces dernières années on trouve de plus en plus de cosmétiques dits bio et accessibles sur le marché, mais est-ce vraiment la solution ? La certification bio garantit des règles plus strictes comme la présence d’ingrédients naturels, la non utilisation de certains composants chimiques ou encore le respect de l’environnement. Pour autant, attention au Greenwashing et aux abus. Il faut veiller à la présence des labels comme Ecocert et Cosmos. 

 

Le bio c’est mieux, mais ce n’est pas la garantie d’un produit sain. En effet, il faut savoir que pour le label Cosmos par exemple, seulement 20% au moins du total de la composition doit être bio. Il est donc aussi important de sélectionner des produits avec une composition bio à 50% minimum. Enfin, il ne faut pas négliger le caractère payant de ces labels : un produit artisanal et local peut correspondre aux exigences sans avoir ces labels. Ainsi, se diriger vers des produits artisanaux avec des compositions naturelles et réduites pourrait aussi être une solution envisageable.

Crème solaire et grossesse

L’été s’installe et la question de la crème solaire pointe le bout de son nez n’est-ce pas ? Il y a très peu d’innovation dans ce domaine si bien qu’il est impossible aujourd’hui de trouver une crème solaire à la composition vraiment clean. Même si ce n’est pas dit, il peut toujours y avoir des nanoparticules par exemple. Néanmoins, gare aux masques de grossesse ! Il ne faut pas non plus négliger la protection UVB et UVA car la grossesse est la période la plus fragile. Le mieux est de trouver le meilleur compromis entre l’efficacité et la composition. Pour choisir sa crème solaire, il est préférable d’éviter les filtres organiques dits chimiques et de se tourner vers des filtres minéraux. Evidemment, il va de soi que le mieux est d’éviter l’exposition prolongée et aux heures où le soleil tape le plus !

 

Crème solaire compo la plus clean à tester : Comme Avant.

Et comment se simplifier la vie ?

Certains e-shops sont spécialisés dans les produits adaptés aux femmes enceintes. C’est le cas par exemple de Mamakya, dont tous les produits ont été sélectionnés et décryptés par une biologiste. Une attention toute particulière est portée aux huiles essentielles. De plus, les produits sont catégorisés en fonction des différentes étapes de la maternité : 1er trimestre, 2ème & 3ème trimestres de grossesse et allaitement.

SHARE

FAQ

Quelles crèmes pendant la grossesse ?

Optez pour des crèmes d’origine naturelle, vegan, avec le plus possible d’ingrédients biologiques. 

Quelle crème éviter enceinte ?

Évitez les crèmes qui contiennent du rétinol et de la vitamine A.