Take care mama

Si vous ne souhaitez pas retomber enceinte rapidement, renseignez vous sur les contraceptifs à prendre et à partir de quand vous pouvez les prendre, en particulier si vous allaitez car ils ne sont pas tous recommandés. 

Le saviez vous ?

Il n’y a pas de reprise de l’ovulation possible avant le 21e jour après l’accouchement.

MAMA

La méthode MAMA est efficace pour ne pas tomber enceinte après l’accouchement. Pour les femmes qui allaitent exclusivement et qui sont en aménorrhée, moins de 2% seront enceintes dans les 6 premiers mois du post-partum.

Le retour de couches, qu'est-ce que c'est ?

Quand survient le retour de couches ?

Le retour de couches survient généralement 6 à 8 semaines après l’accouchement si vous n’allaitez pas. 92 % des femmes qui n'allaitent pas ont ainsi leur retour de couches à 3 mois (source: Dr R. Ecochard, CLER).


Si vous allaitez, le retour de couche peut-être plus tardif. La date du retour de couches peut varier selon les femmes.
 

De nombreuses femmes n’ont leur retour de couche qu’au moment où l'enfant diminue son nombre de tétées, notamment la nuit, ou commence à manger majoritairement des solides. Il arrive très rarement qu’il faille attendre jusqu’au sevrage pour avoir son retour de couche.
 

Lors d’un allaitement complet, environ un quart des femmes ont leur retour de couches avant 6 mois (pour des raisons génétiques). Une majorité des femmes l’a en moyenne vers le neuvième mois (source : Dr R. Ecochard, CLER).

Quelles sont les idées reçues sur le retour de couche ?

«Je n’ai pas eu de règles, je ne peux pas tomber à nouveau enceinte»

Certes, le retour de couches marque clairement la remise en route d'un cycle régulier. Mais, en l'absence de règles, il arrive qu'il y ait ovulation. L’ovulation survient 15 jours avant le retour des règles. 
Même si dans la plupart des cas, les premiers cycles suite au retour de couche sont anovulatoire ou ne sont pas accompagnés d’une élévation suffisante des températures pour permettre la nidation, il faut tout de même faire attention si on ne veut pas une nouvelle grossesse.

« Quand on a son retour de couche, la lactation va en prendre un coup ou s’arrêter »

Certaines femmes remarquent que pendant les deux ou trois premiers jours des règles, leur bébé s’énerve au sein, ou bien elles tirent moins de lait. Ce phénomène est normal, non expliqué pour le moment, et transitoire puisque la lactation reprend son rythme habituel dès deux ou trois jours après. 

«J’allaite, je ne peux pas avoir de retour de couches»

Beaucoup de femmes peuvent avoir leur retour de couches pendant qu’elles allaitent. Environ 1 quart des femmes auront leur retour de couches durant les 6 premiers mois, même si elles allaitent à la demande et exclusivement leur bébé.

Retour de couche et ovulation

Attention, la date du retour de couches ne détermine pas le retour de la fécondité. Si vous avez eu votre retour de couche, cela ne veut pas dire que vous avez eu une ovulation !


Mais attention, il est aussi possible de tomber enceinte avant le retour de couches !
 

Des anomalies de cycle peuvent en effet persister jusqu'au sixième cycle après l’accouchement : cycles anovulatoires (sans ovulation), cycles plus longs et irréguliers, phase de températures hautes raccourcies, etc. 
 

Plus le retour de couches survient tardivement, plus la probabilité qu’une ovulation survienne avant le retour de couches et que celle-ci soit “fertile” est grande.

Pas d’ovulation avant 21 jour

Il n’y a pas de reprise de l’ovulation possible avant le 21e jour après l’accouchement : une contraception n’est donc pas nécessaire avant ce délai (source : Haute Autorité de Santé)

L’ovulation si vous n’allaitez pas

Il est important d’utiliser une contraception au plus tard 1 mois après l’accouchement si on ne souhaite pas de nouvelle grossesse.

L’ovulation si vous allaitez

Chez les femmes qui allaitent, les premières ovulations surviennent, généralement au cours du 5ème mois suivant l’accouchement.


Les premiers cycles menstruels, s’ils surviennent avant 6 mois, sont anovulatoires dans 45 % des cas, et les cycles ovulatoires suivis d’une insuffisance lutéale dans 41 % des cas. Cela veut dire que si la première ovulation survient malgré tout, elle sera le plus souvent suivie par un corps jaune si court (environ 3 jours) que la nidation ne pourra pas avoir lieu. On parle alors d’une ovulation infertile.

En cas d’allaitement exclusif, l’aménorrhée de la lactation dure au moins 5 à 6 mois, mais peut se prolonger.


Cela dit, après 6 mois, même si on allaite “complètement”, il ne faut plus attendre le retour de couches pour se considérer comme possiblement fertile. On doit commencer à observer ses signes de fertilité ou choisir une autre méthode de contraception si on souhaite pas de nouvelle grossesse.

Qu’en est-il de la contraception après l’accouchement ?

Après l’accouchement, il est trop tôt pour utiliser des contraceptifs locaux comme diaphragme. Il faut 6 à 8 semaines, après l’accouchement, pour que le vagin retrouve ses dimensions d’avant la grossesse, et pour que le périnée récupère sa tonicité, permettant alors l’usage correct des diaphragmes.


Attention aux spermicides, intéressants durant le postpartum en “relais”, mais déconseillé durant l’allaitement. Les spermicides peuvent passer dans la circulation et le lait maternel, et ces effets restent mal évalués sur le nourrisson. 
 

Le stérilet est généralement posé après 6-8 semaines après l’accouchement. 
 

La contraception de choix du postpartum reste le préservatif.

La contraception si vous n’allaitez pas

Les estroprogestatifs ne sont pas recommandés avant 6 semaines (42 jours) après l’accouchement, pour éviter tout risque thromboembolique veineux.


Les progestatifs sont utilisables chez la femme en post-partum à partir de 21 jours après l’accouchement.
 

La consultation du post-partum (6 à 8 semaines après l’accouchement) doit permettre de confirmer le choix contraceptif, son renouvellement éventuel, sa surveillance ou la pose d’un dispositif de longue durée (DIU, implant).

La contraception si vous allaitez

Les œstroprogestatifs sont déconseillés chez la femme qui allaite, pendant toute la durée de l’allaitement.


La contraception microprogestative (une pilule faiblement dosée à base de progestérone) peut être utilisée pendant l’allaitement, en débutant 6 semaines après la naissance.
 

ll est préférable de ne pas commencer une pilule avant au moins 6 semaines après l’accouchement afin de ne pas interférer dans la mise en place de la lactation, comme le recommande la Haute Haute Autorité de Santé (HAS) : “La contraception hormonale ne doit pas être débutée avant l'installation de la lactogenèse de stade II (montée laiteuse). Les progestatifs ne seront pas utilisés avant la sixième semaine du post-partum." 
 

Durant cette période de 6 semaines après l'accouchement, il vaut donc mieux utiliser un préservatif, ou suivre la méthode MAMA.
 

Après 6 semaines, vous pouvez vous faire prescrire une pilule faiblement dosée à base de progestérone, ou simplement continuer à suivre la méthode MAMA, très fiable jusqu’à 6 mois si vous respectez les critères d’allaitement “complet”. On prépare très vite plus d’information sur des méthodes de contraception naturelles.

Comment l’allaitement impacte le retour de couches ?

Si vous allaitez, le retour de couches peut être plus tardif. La date du retour de couches peut varier selon les femmes mais il survient en général 5 à 6 mois après l’accouchement.


L’impact de l’hormone prolactine sur le retour de couche
 

La prolactine, une des hormones de l’allaitement, permet de supprimer l'ovulation pendant un certain temps. C’est la succion du bébé qui va stimuler sa production. La suppression de l’ovulation varie d’une femme à l’autre.


Il existe une corrélation étroite entre la fréquence et la durée des tétées, d’une part, et le taux plasmatique de la prolactine, d’autre part. On estime qu’un allaitement avec au moins 6 tétées par 24 heures (jour et nuit) d’une durée totale de 65 minutes supprime l’activité ovarienne (HAS, Allaitement maternel – Mise en œuvre et poursuite dans les 6 premiers mois de vie de l’enfant).
 

La quantité de prolactine est importante entre minuit et 5h du matin. C’est pour cela que les tétées nocturnes sont importantes non seulement pour maintenir une lactation mais également pour la remise en route du cycle.
 

Une étude Américaine de 2004 a cependant montré que le taux de prolactine n’avait pas d’impact mesurable sur la période d’aménorrhée (=absence de règle) durant l’allaitement. Les auteurs ont en effet conclu que seul un taux élevé de progestérone après la naissance et l’utilisation d’une sucette ou de lait pour nourrisson étaient associées à un retour de couche plus précoce. Si on souhaite donc retarder le retour de couche et utiliser la méthode MAMA (voir ci-dessous), l’allaitement doit se faire uniquement au sein, sans sucette ou introduction de biberon.
 

La méthode MAMA pour l’aménorrhée 
 

La méthode Mama est une méthode de contraception naturelle, fondée sur l’aménorrhée lactationnelle. MAMA veut dire Méthode de l’Allaitement Maternel et de l’Aménorrhée.
 

C’est est la méthode contraceptive qui est la plus utilisée au monde, et qui est sûre si on la respecte bien. Si on suit un allaitement complet jusqu’à 6 mois, une ovulation fertile avant le retour de couches est peu fréquente : le taux de grossesses est de 1 % ou moins. Ceci signifie qu’une maman qui suit la MAMA peut tranquillement attendre son premier saignement appelé retour de couches pour se considérer ensuite comme possiblement fertile, ceci jusqu’à ce que son bébé fête ses 6 mois.
 

Pour appliquer la méthode MAMA, il faut allaiter souvent, jour et nuit, et ne donner pratiquement aucune autre alimentation au bébé.
 

Il faut remplir trois critères pour pouvoir l’utiliser :
- Bébé a moins de 6 mois
- Vous n’avez pas encore eu de retour de règles
- Allaitement exclusif et à la demande (sans horaire fixe): l’enfant ne reçoit aucun autre liquide ou aliment solide à part le lait maternel, donné au sein, à la demande du bébé, jour et nuit
- Les intervalles entre les tétées ne doivent pas dépasser 4 heures le jour et 6 heures la nuit.
 

L'allaitement maternel est alors dit “complet”. Lorsque le bébé a faim et veut téter, il tétera beaucoup plus efficacement. Les suppléments (liquides ou solides) ne doivent pas remplacer une tétée.
 

Pour appliquer MAMA, il faut que la maman soit toujours en présence de son bébé. Elle n'est pas possible si on reprend le travail (et même si on tire son lait).
 

Voir plus d’information là dessus dans notre article sur la méthode MAMA !

Comment agir naturellement sur votre retour de couches ?

En retour de couche, vous pouvez prendre HAPPY PERIODS, une ampoule bio et naturelle, dès les premiers symptômes et en continu pendant toute leur durée. Les ingrédients de cette ampoule seront votre allié pendant cette période.


Bonus : Elle est compatible avec l’allaitement et le fenouil est traditionnellement reconnu comme étant galactogène (Le fenouil soutient la production de lait maternel).

Le fenouil pour les douleurs

Une étude sur 86 femmes en postpartum a montré que pour la dose de fenouil mise dans Happy periods, celui-ci était aussi efficace que la prise d’acide méfénamique (anti-inflammatoire généralement utilisé pour traiter les douleurs menstruelles) dans la réduction de ces douleurs[1].

Le gingembre pour les douleurs et saignements

La dose de gingembre mise dans l’ampoule permet également une diminution significative des douleurs[2] mais également une diminution des pertes sanguines menstruelles[3].

Le safran pour le confort en post partum

Le safran aide également en postpartum. Dans une étude contrôlée, randomisée, en double aveugle sur 60 femmes en postpartum et allaitantes, ils ont montré que la prise quotidienne de 15mg de safran avait un impact significatif sur les symptômes de la dépression, 96% du groupe safran étaient en rémission contre 43 % du groupe placebo[4].
Une autre étude sur l’effet du safran pour la dépression postpartum sur des mères allaitantes a montré que la consommation quotidienne de safran (à la dose utilisée dans l’ampoule) diminuait la sévérité de la dépression légère à modérée, et ce sans effets négatifs significatifs sur la mère qui allaite[5].

Un grand merci à Marjorie Lamotte, gynécologue obstétricienne à Dijon et spécialiste de la reproduction, pour sa relecture bienveillante !

SHARE

LA JOLLY NEWSLETTER

RECEVEZ DES NEWS À CROQUER

FAQ

Est-ce qu'on a ses règles quand on allaite ?

Chez la plupart des femmes, allaiter bloque le retour des règles pendant 5 à 6 mois après l’accouchement. Cependant, la date exacte varie pour chaque femme.

Quels sont les symptômes du retour de couches ?

Les symptômes du retour de couches peuvent être variables d'une maman à une autre. On peut observer les symptômes classiques que nous avions avant la grossesse, comme des douleurs dans le ventre, les seins, une irritabilité, etc. 

Comment avoir son retour de couche en allaitant ?

Si vous suivez la méthode MAMA, c’est-à-dire que vous allaitez fréquemment et à la demande, vous n’aurez pas votre retour de couche avant au moins que bébé commence la diversification alimentaire.