Livraison offerte à partir de 70 euros en France et 100 euros en Belgique et Luxembourg

logo
cart

27/04/2022

Microchimérisme et grossesse : garder des cellules de ses enfants

Le microchimérisme est la présence de cellules d'un individu dans un autre individu génétiquement distinct.

Microchimérisme

La maman et le fœtus se transmettent des cellules pendant la grossesse. Le microchimérisme ne se limite pas à l'échange bidirectionnel de cellules maternelles et fœtales : les cellules des frères et sœurs plus âgés, voire les cellules de la grand-mère maternelle, peuvent également être transférées au fœtus !

Le saviez vous ?

On a retrouvé des cellules fœtales mâles chez des mamans jusqu'à 27 ans après l'accouchement !

Take care mama

Certaines études observent un lien entre le microchimérisme et des maladies. Dans certains cas il est vu comme protecteur, dans d’autres cas il serait un facteur aggravant. Pour l’instant, ce ne sont que des observations, on ne comprend pas bien ce qu’il se passe, et dans tous les cas on ne peut rien y faire. Dites vous juste que vous avez des cellules de vos enfants en vous !

Qu'est-ce que le microchimérisme foetal ?

a grossesse est la principale cause de microchimérisme naturel par le biais d’un échange cellulaire bidirectionnel transplacentaire entre la mère et le fœtus. Pendant une grossesse normale, il y a un transfert réversible de cellules maternelles, fœtales et placentaires. Il se produit dans toutes les grossesses et augmente avec l'âge gestationnel.

Un petit nombre de cellules de la mère persistent chez son enfant jusqu'à l'âge adulte (microchimérisme maternel), alors qu'un petit nombre de cellules provenant de grossesses précédentes persistent chez la mère pendant de nombreuses années (microchimérisme foetal)[1].

Le dosage de la présence du chromosome Y chez les femmes ayant déjà eu des grossesses masculines est un moyen pratique d'évaluer le microchimérisme. Grâce à cette méthode, des cellules mâles d'origine fœtale présumée ont été détectées chez 30 à 50 % des femmes dans un certain nombre d'études[2]. Il n’est pas nécessaire d’avoir eu un garçon pour qu’il y ait eu un microchimérisme foetal mais cela est plus simple à observer (grâce au chromosome Y).

L’échange de cellules va au delà de la maman et du foetus

collapse

On l’observe des années après la grossesse

collapse

On observe du microchimérisme même dans les grossesses non menées à terme

collapse

On observe un microchimérisme mâle chez des femmes n’ayant pas eu de garçon !

collapse

Quels sont les effets du microchimérisme foetal sur le cancer ?

Certaines études indiquent que la grossesse pourrait être un facteur de protection contre certains cancers (du sein, de l’ovaire). Pendant longtemps, cet effet a été attribué à des facteurs hormonaux, mais le microchimérisme fœtal acquis pendant la grossesse pourrait participer à cet effet protecteur[9]. Il pourrait avoir un effet bénéfique sur la surveillance immunitaire des cellules malignes[10].

Moins de microchimérisme chez les femmes ayant un cancer du sein

collapse

Le microchimérisme pourrait protéger contre le cancer de l’ovaire

collapse

Le microchimérisme foetal pourrait être impliqué dans les tumeurs pulmonaires

collapse

Le microchimérisme foetal pourrait aider pour la cicatrisation

Les cellules fœtales microchimériques expriment le collagène I et III dans les cicatrices maternelles cicatrisées.

L'identification de cellules fœtales masculines dans les cicatrices de césariennes maternelles cicatrisées après la grossesse suggère que, peut-être en réponse aux signaux produits par les lésions cutanées maternelles lors de la césarienne, les cellules fœtales migrent vers le site des lésions pour participer à la réparation des tissus maternels, ou prolifèrent localement[ 16].

Quel est l’impact du microchimérisme foetal sur l’immunité maternelle ?

Environ 80% des personnes atteintes de maladies auto-immunes sont des femmes. Plusieurs hypothèses ont été proposées pour expliquer les raisons de cette différence entre les sexes, comme les hormones ou des réponses immunitaires plus fortes chez les femmes.

On observe plus de microchimérisme chez les femmes atteintes de sclérodermie

collapse

On observe plus de microchimérisme chez les femmes atteintes du syndrome de Sjögren

collapse

Conclusion

On observe un microchimérisme durant la grossesse, avec un échange de cellules entre la mère et le fœtus. La mère peut garder ces cellules longtemps dans son organisme, jusqu’à 27 ans après l’accouchement !

L’impact de ces cellules sur la santé maternelle n’est pas encore clair, certaines études indiquent qu’elles auraient un effet protecteur sur le cancer du sein, quand d’autres études montrent qu’elles favoriseraient le développement de maladies auto-immunes…

Quoi qu’il en soit, c’est pas rien de se dire qu’on garde l’ADN de son bébé en soi bien longtemps après l’accouchement !

Sources

collapse

Share

Sur le même thème