-20% sur une sélection de produits grossesse avec le code PREGNANCYWEEK et un cadeau surprise jusqu'à ce soir minuit dans toutes vos commandes de 60€ et plus !

logo
cart

27/04/2022

L’impact de la nutrition sur la fertilité

Les études ont montré que la nutrition joue un rôle majeur dans la fertilité. Les choses sont souvent plus complexes, et beaucoup d’autres facteurs sont en jeu lors de la conception. S’il y a des choses qui nous échappent, on peut en revanche voir notre alimentation comme une clef importante de notre santé féminine, une façon de reprendre le pouvoir. Une alimentation saine ne pourra bien sûr pas remplacer un mode de vie incompatible avec la fertilité (stress, exposition à des perturbateurs endocriniens, manque de sommeil, tabac…). Nous faisons le point sur ces facteurs "environnementaux" dans notre article “Booster sa fertilité, quelles solutions”.

Take care mama

Essayer de concevoir n’est pas toujours évident, notamment lorsque la cause d’infertilité n’est pas expliquée. S’il y a de nombreux facteurs sur lesquels il est difficile d’agir, la nutrition en revanche est une clé majeure de la fertilité. Grâce à la nutrition, vous reprenez un peu le pouvoir sur vos chances de concevoir !

Le saviez vous ?

Une nutrition inadéquate serait un facteur d’infertilité dans 46% des cas…

Quelques conseils

Manger bio au maximum Eviter l’alcool, le sucre et les produits industriels/raffinés Manger une variété de fruits et légumes Consommer suffisamment d’oméga 3 (DHA) Manger des protéines de qualité à chaque repas Faire du sport Se supplémenter, notamment en B9, magnésium

Dites nous tout

Est-ce que vous faites attention à votre nutrition ?

Oui j’y ai toujours fait attention.
Oui depuis que j’essaie d’avoir un bébé.
Non j’ai du mal…

Quel est le lien entre nutrition et fertilité ?

C’est un facteur souvent peu connu. Une nutrition inadéquate serait un facteur d’infertilité dans 46% des cas (beaucoup plus que d’autres facteurs comme la masse corporelle ou l’activité physique) [1],[2].

De même, un apport alimentaire en acides gras oméga-3 polyinsaturés, en acide alpha-linolénique et en acide docosahexaénoïque (DHA) aurait une incidence positive sur les femmes ayant subi une FIV/ICSI [3].

Une étude a également pu mettre en évidence que les couples qui mangeaient plus de produits de la mer tombaient enceintes plus tôt que ceux qui n’en mangeaient que rarement [4].

Quelle importance de la nutrition pour l’équilibre hormonal ?

Tout ce qui nous compose, y compris les hormones, est constitué d’éléments que nous mangeons et absorbons. L’alimentation est donc la matière première de nos hormones et est essentielle pour notre équilibre hormonal.

Par ailleurs, l’alimentation nous apporte les vitamines, minéraux et phytonutriments qui constituent le "fuel" de toutes les réactions chimiques réalisées chaque seconde dans notre organisme, dont les réactions nécessaires au cycle menstruel et à la fertilité.

Enfin, qui dit équilibre hormonal dit souvent libido en bonne santé (une libido en berne est souvent le symptôme d’un dérèglement), ce qui aide quand on veut tomber enceinte !

Comment optimiser concrètement son équilibre hormonal ? On commence par éviter les aliments inflammatoires, on fait le plein de nutriments et on soigne son foie !

Éviter le sucre raffiné

collapse

Éviter les aliments industriels

collapse

Eviter l’alcool, inflammatoire comme le sucre

collapse

Éviter les gros poissons

collapse

Manger bio au maximum

collapse

Faire la part belle aux fruits et aux légumes

collapse

Consommer des légumes verts à feuilles une fois par jour

collapse

Consommer des légumes amers

collapse

Boire de l’eau

collapse

Ne pas avoir peur des bons gras, notamment les oméga 3 !

collapse

Avoir un apport suffisant en iode

collapse

Assurer un taux adéquat de zinc

collapse

Ne pas oublier le magnésium

collapse

Stabiliser la glycémie

collapse

Quel lien entre nutrition et glaire cervicale ?

Une nutrition adéquate va permettre d’améliorer la qualité et la quantité de la glaire cervicale, qui est cruciale pour tomber enceinte. En effet, sans glaires cervicales de qualité, le système reproducteur féminin est hostile aux spermatozoïdes qui ne peuvent pas survivre dans un tel environnement.

De manière générale, une glaire cervicale de qualité est le reflet de l’équilibre hormonal avec notamment une production suffisante d’oestrogène qui en favorise la production. Tous les conseils cités précédemment seront donc favorables à cet aspect, mais voici quelques éléments bonus.

La vitamine C

collapse

Les oméga 3

collapse

Quel lien entre nutrition et qualité des ovules ?

L’ovule du cycle actuel est le reflet de notre santé d’il y a 3 mois. Il faut environ une centaine de jours au follicule dominant pour arriver à l’ovulation. Sa santé dépend donc de ce qui s’est passé dans cette période assez longue. Il en va de même chez les hommes : les spermatozoïdes relâchés aujourd’hui ont été formés durant les 3 mois précédant environ.

Une bonne nutrition va améliorer la qualité des ovules en les protégeant des polluants, et en contribuant à la fluidité de leur membrane permettant la fécondation, et la qualité des spermatozoïdes en favorisant une bonne motilité et une morphologie sans défaut.

Les bons gras

collapse

La vitamine C

collapse

La vitamine D

collapse

Le sélénium

collapse

Le zinc

collapse

Quelle importance de la nutrition pour l’ovulation ?

La nutrition agit à chaque étape de la conception, notamment pour l’ovulation.

Les protéines

collapse

Stabiliser la glycémie

collapse

Oméga 3 et DHA

collapse

Magnésium

collapse

Comment soutenir la production de progestérone ?

Après l’ovulation (phase lutéale), le follicule se transforme en corps jaune qui sécrète de la progestérone.

La progestérone a pour rôle de maintenir la muqueuse utérine destinée à accueillir l’embryon lors de la nidation. Si on ne produit pas assez de progestérone, l’ovule n’a pas assez de temps pour se frayer un chemin et s’implanter.

Des cycles trop courts ont pour conséquence un manque de progestérone, ce qui rend difficile le maintien d’une grossesse. L’insuffisance de progestérone est souvent responsable de fausses couches.

Oméga 3

collapse

Magnésium

collapse

Vitamine B6 et vitamine C

collapse

Le lien entre nutrition et nidation

Une bonne nutrition va permettre d’augmenter l’apport de sang, d’oxygène et de nutriments à l’endomètre, et de favoriser la reconstruction des tissus de l’endomètre.

Une multitude de nutriments sont essentiels à l’implantation : vitamines B12, E, D, B9, et des minéraux comme le cuivre, l’iode, le sélénium ou encore le zinc.

Un ratio élevé de prostacyclin/thromboxane entraîné par les oméga 3 peut augmenter les chances de grossesse chez les femmes avec des problèmes d’infertilité en augmentant le débit sanguin vers l’utérus [15].

L’importance de la nutrition en début de grossesse

Dès le début de la grossesse, de multiples nutriments sont requis à la fois pour le développement, la santé et les fonctions du placenta comme les vitamines B, C, D, E et les minéraux cuivre, fer, sélénium, zinc, et pour le développement du bébé (morphogenèse, organogenèse, développement du système nerveux, composition des os et des tissus…) comme par exemple les vitamines A, B, D, E et les minéraux cuivre, fer, zinc, iode…

La grossesse, dès le premier jour, est donc un processus très demandeur en micronutriments. Il est par ailleurs essentiel d’avoir un apport adéquat car le corps favorisera toujours la santé du bébé à celle de la mère. Par conséquent, si des insuffisances ou carences sont présentes, la mère peut se voire “vidée” de ses nutriments et terminer la grossesse avec un statut nutritionnel très pauvre [16], ce qui ne favorisera pas un postpartum doux ainsi que la production de lait.

Oméga 3 et DHA

collapse

Vitamine C

collapse

Le nutriment clé de la conception et grossesse : la vitamine B9

Les folates, ou vitamine B9, jouent un rôle essentiel dans la synthèse de l’ADN, la méthylation (transfert d’un groupe méthyle à une autre molécule) et la synthèse des protéines. Une carence en folates peut altérer ce processus de méthylation et entraîner une accumulation d’homocystéine, provoquant ainsi des réactions excessives de stress oxydatif.

Une carence en vitamine B9 pourrait également constituer un facteur possible de fausses couches récurrentes. Chez les femmes qui envisagent une grossesse, une supplémentation systématique en acide folique est recommandée 4 semaines avant la conception et jusqu’à 8 semaines après, avec une dose recommandée de 400 ug par jour [21].

De plus, une complémentation avec de l’acide folique a été associée à un embryon de meilleure qualité, des chances plus élevées de tomber enceinte, et un risque réduit de ne pas ovuler [22].

L’importance de la vitamine B9 pour concevoir

collapse

Acide folique ou folate méthylé (méthylfolate / 5-MTHF)

collapse

Attention aux perturbateurs endocriniens

collapse

En résumé : les conseils pour une nutrition optimale

  • Manger bio au maximum
  • Eviter l’alcool, le sucre et les produits industriels/raffinés
  • Manger une variété de fruits et légumes au quotidien pour bénéficier de leurs vitamines, minéraux et phytonutriments dont nous avons besoin pour que la fertilité soit au rendez-vous
  • Ne pas avoir peur des bons gras et prendre suffisamment d’omégas 3 (DHA)
  • Manger des protéines de qualité à chaque repas
  • Optimiser son microbiote pour mieux assimiler les nutriments et diminuer les toxines
  • Garder un poids de forme/bouger
  • Trop peu ou trop de masse graisseuse peut contribuer à une sous-sécrétion ou sur-sécrétion d’oestrogène, à l’aménorrhée (absence de règles), à une augmentation du risque de fausses couches ou de pré-éclampsie.
  • Se supplémenter, notamment en B9, magnésium

Etant donné que nos sols s’appauvrissent en nutriments, que notre mode de vie participe à épuiser nos stocks en certains nutriments (le stress épuise le magnésium et les vitamines du groupe B, la pilule épuise le zinc, le magnésium et les vitamines du groupe B…), et qu’il est préférable de ne pas prendre de risque en préconception, se complémenter avant de concevoir un bébé est recommandé.

A minima, il est recommandé de prendre des compléments en vitamine B9 à hauteur de 400 microgrammes par jour pour éviter les malformations du tube neural chez l’enfant. Car on a remarqué qu’une insuffisance ou carence en vitamine B9 pouvait entraîner des malformations congénitales du cerveau, de la colonne vertébrale et/ou de la moelle épinière parmi lesquelles la fameuse spina bifida qui se forme d’ici le 28e jour de grossesse, autrement dit quand on ne sait pas encore que l’on est enceinte…

Sources

collapse

Share

Quels sont les aliments qui facilitent la fécondité ?

collapse

Comment stimuler la fertilité chez la femme ?

collapse

Quel fruit pour tomber enceinte ?

collapse

Sur le même thème