logo
cart

27/04/2022

Tout ce qu'il faut savoir sur l'endométriose et comment la soulager

Qu’est-ce que l’endométriose ? Comment la diagnostiquer ? Quels traitements pour l’endométriose ? Existe-il des solutions naturelles pour la “manager” sans effet secondaire ? On a fait le point !

%

Environ 10% des femmes en âge de procréer sont diagnostiquées comme atteintes d’endométriose. Les diagnostics prennent du temps, et ce chiffre pourrait être plus élevé…

Tisanes

Achillée Millefeuille Camomille Fenouil Feuilles de framboisier Gattilier Alchémille Gingembre

Quelques conseils

Réduire l’inflammation (notamment avec l’alimentation) Essayer de réduire son stress Fuir les perturbateurs endocriniens

Dites nous tout

Est-ce que vous souffrez d’endométriose ?

J’attends un diagnostic…
Oui mais j’arrive à le surmonter !
Oui et c’est très compliqué…
Non j’ai de la chance !

Qu'est-ce-que l'endométriose ?

L’endométriose est une maladie au cours de laquelle des fragments de tissus similaires aux tissus de la muqueuse utérine – appelée aussi «endomètre » –, se développent en dehors de l’utérus. Ces îlots de muqueuse utérine constituent des foyers d’endométriose, en colonisant le plus souvent des organes du bas ventre via les trompes de Fallope (les intestins, les ovaires, l’intestin ou la vessie). Plus rarement, ils peuvent atteindre d’autres organes en remontant jusqu'aux poumons ou au cerveau (même si c’est très rare) !

Comme la muqueuse utérine, les foyers d’endométriose ressemblent à et se comportent comme l'endomètre : ils grossissent pendant la phase folliculaire, et cherchent à s'écouler lors de règles.

Le sang menstruel qui se trouve dans l’utérus s’écoule par le vagin. Mais hors de l’utérus, il n’existe pas de “porte de sortie”. Cela provoque donc une inflammation et des douleurs. Les tissus touchés évoluent ensuite vers la cicatrisation, entraînant des adhérences cicatricielles, puis des aspérités comme des kystes suite à la superposition de cicatrices.

On estime qu’environ 10% des femmes en âge de procréer (entre 15 et 49 ans) sont atteintes d’endométriose, ce qui représente plus de 176 millions de femmes dans le monde [1]. Poser un premier diagnostic est une première étape importante pour commencer une prise en charge adaptée.

Quels sont les symptômes de l’endométriose ?

L’endométriose peut être asymptomatique (“silencieuse”) ou être au contraire très invalidante.

En cas de symptômes, ils peuvent être multiples : douleurs, troubles fonctionnels des organes voisins etc.

La maladie peut également être dite “évolutive”, avec des symptômes qui s’aggravent dans le temps, avec la dissémination des îlots de cellules menstruelles à travers le corps.

Il n’existe pas toujours de lien entre l’intensité des troubles et le degré de sévérité de la maladie :quelques foyers d’endométriose sur le bas ventre peuvent suffire à occasionner de violentes douleurs invalidantes.

Une endométriose silencieuse n’est pas sans conséquence sur notre santé et peut être à l’origine d’une infertilité. Pour plus de détails sur l’endométriose et l’infertilité, aller voir cet article.

Comment diagnostiquer l’endométriose ?

Les premiers signes de l’endométriose

collapse

Évolution plus avancée de la maladie

collapse

La chirurgie serait le seul moyen pour diagnostiquer une endométriose. La chirurgie s'appelle la coelioscopie (ou laparoscopie mais coelioscopie est davantage utilisée en France). Une échographie peut ne pas forcément mettre en évidence une endométriose [2]. De nouvelles recherches en Australie laissent à penser qu’un ultrason transversal pourrait déceler les lésions et permettre de poser un diagnostic [3]. Pour confirmer on peut faire un IRM si besoin. Ou alors faire un IRM parce qu'on suspecte l'endométriose mais qu'on ne voit rien à l'échographie.

Des recherches sont en cours pour la mise au point de tests permettant de déceler des marqueurs biologiques dans le sang, l’urine, le sang menstruel ou la salive [4].

Quelles sont les causes de l’endométriose ?

Les scientifiques ne savent pas aujourd'hui exactement ce qui cause l'endométriose. C’est sûrement une maladie multifactorielle qui a des conséquences multiples sur notre santé, notamment hormonale . L’endométriose ne serait pas une maladie causée par notre alimentation ou un style de vie, même si en soignant son alimentation et en limitant les sources d’inflammation on peut la contrôler. Plusieurs pistes sont évoquées :

Facteurs génétiques

collapse

Substances dans l’environnement

collapse

La menstruation “rétrograde» ou la théorie de l’implantation

collapse

Un dysfonctionnement immunitaire

collapse

Le lien avec les problèmes digestifs

collapse

Quels traitements pour l’endométriose ?

Après le diagnostic, se pose la question du traitement. L’endométriose se soigne mais ne guérit pas. Il n'existe pas aujourd’hui de traitements définitifs de l’endométriose, même si l’hormonothérapie et/ou la chirurgie peuvent contenir l’évolution de cette maladie durant plusieurs années selon les cas.

Tant que toutes les lésions ectopiques n’ont pas été supprimées chirurgicalement, la maladie peut récidiver et se propager à d’autres tissus.

La grossesse ou l'allaitement, s'il entraîne un retour de couche tardif, améliorent temporairement l’endométriose, offrant ainsi des périodes de rémission.

L’endométriose diminue et disparaît généralement après la ménopause. Il est cependant possible que les symptômes persistent même après la ménopause, si les adhérences et les tissus cicatriciels sont importants.

Les médicaments pour soulager les douleurs

collapse

L’hormonothérapie

collapse

Les inconvénients de l’hormonothérapie

collapse

La chirurgie

collapse

Quelles médecines complémentaires contre l’endométriose ?

Une alimentation peu inflammatoire peut vraiment faire la différence sur l’endométriose.

La naturopathie peut soulager l’endométriose de plusieurs façons :

Réduire l’inflammation via un rééquilibrage alimentaire

collapse

Mieux gérer son stress

collapse

Libérer la zone pelvienne

collapse

Réduire au maximum l’exposition aux perturbateurs endocriniens

collapse

Quelles méthodes naturelles pour soulager les douleurs ?

Prendre un bain, se faire une bouillotte sèche de graines de lin ou une bouillotte toute simple.

Les tisanes, nos alliées santé

collapse

Les massages avec des huiles essentielles

collapse

Nettoyer et revitaliser les émonctoires

collapse

Soigner son microbiote

collapse

Quels sont les nutriments intéressants pour prendre soin de votre santé hormonale et combattre l'endométriose ?

Le zinc

collapse

Le sélénium

collapse

Le resvératrol

collapse

Le N-acétyl cystéine (NAC)

collapse

Le curcuma

collapse

Les antioxydants

collapse

Attention à ne pas vous auto-complémenter ou à utiliser des huiles essentielles sans un conseil de médecin, pharmacien ou naturopathe formé à l’aromathérapie.

Il est également préférable de faire appel à un naturopathe pour se faire accompagner et proposer un accompagnement sur mesure.

Ces conseils ne se substituent pas à l'avis d'un médecin ou à un traitement médical en cours.

N’hésitez pas à également consulter le site d’EndoFrance, une association Française de lutte contre l'Endométriose.

Sources

collapse

Share

Comment vivre avec l'endométriose ?

collapse

Est-ce que l'endométriose se guérit ?

collapse

Comment soulager l'endométriose ?

collapse

Sur le même thème