-20% sur une sélection de produits grossesse avec le code PREGNANCYWEEK et un cadeau surprise jusqu'à ce soir minuit dans toutes vos commandes de 60€ et plus !

logo
cart

26/04/2022

Boire et manger pendant l’accouchement

Boire et manger pendant l’accouchement ne vous sera pas forcément recommandé, pourtant pour des grossesses à bas risque les études montrent que c’est sans danger et pourrait même être bénéfique.

FACTS :

Il est bénéfique de boire pendant le travail Vous pouvez manger un peu si votre grossesse n’est pas à risque Le jeûne complet pourrait avoir des effets négatifs sur votre organisme

STATS

0.0008% Au Royaume Uni on observe 1 cas d’aspiration du contenu gastrique pour 120 000 femmes

Dites nous tout

Et vous, avez-vous mangé ou comptez-vous manger pendant votre accouchement ?

Oui bien sûr !
Non on me l’a interdit
Non j’ai peur…

Quelles sont les recommandations officielles sur manger et boire pendant l’accouchement ?

La société française d’anesthésie et de réanimation autorise les liquides non particulaires

collapse

L’American society of anesthesiologists dit que les liquides clairs peuvent être autorisés

collapse

La haute autorité de santé (HAS) autorise la consommation de liquides clairs

collapse

Manger n’est pas recommandé pendant le travail par la HAS

collapse

Les recommandations européennes de 2011 sont les suivantes. Les femmes en travail peuvent boire des liquides clairs (eau, jus de fruit sans pulpe, thé ou café sans lait) à volonté (niveau de preuve 1++, recommandation grade A) (limitée à de petits volumes en cas de grossesse à haut risque)

Les apports alimentaires solides sont à décourager pendant le travail (niveau de preuve 1+, recommandation de grade A), notamment en cas de grossesse à haut risque. Néanmoins, les patientes à bas risque pourraient être autorisées à consommer de petites quantités d’aliments solides tels que des biscuits ou biscottes pendant le travail.

D’où vient le fait de jeûner pendant le travail ?

Le syndrome de Mendelson

Le risque derrière la pratique du jeûne est la pneumopathie d’inhalation (inhalation bronchique), autrement appelé le syndrome de Mendelson. C’est un événement rare qui peut arriver en cas d’anesthésie générale lors d’une césarienne. Il correspond au risque d'inhalation bronchique du contenu gastrique, notamment pendant l'anesthésie générale, qui peut entraîner une inflammation pulmonaire ou un décès [5]. Quand on se fait opérer sous anesthésie générale, on demande de jeûner avant pour cette raison.

La plupart des césariennes sont désormais réalisées sous anesthésie péridurale ou locorégionale, le risque étant alors nettement inférieur parce que la femme est réveillée et que le réflexe de toux reste intact. Une sonde respiratoire, qui empêche le passage des aliments, est normalement placée dans la trachée lors de l'anesthésie générale pour essayer d'éviter ce problème. Toutefois, l'inhalation peut quand même se produire avant l'insertion de la sonde et au moment de son retrait [6].

Le pourcentage d’utilisation de l’anesthésie générale a ainsi décliné. Une étude sur 257 000 accouchements a montré que l’anesthésie générale pour une césarienne avait été réalisée pour 5.6% des femmes [7].

Quels sont les risques réels de nos jours ?

Dans une large étude sur 45 millions de naissances aux Etats Unis entre les années 1979 et 1990, les chercheurs ont analysé 129 décès maternels causés par des effets reliés à l'anesthésie. Parmi elles, 67 femmes sont décédées de complications de l'anesthésie générale, et pour 33 d’entre elles cela était dû à des problèmes d’aspiration [8]. Le risque apparaît donc comme très faible.

Au Royaume Uni, les femmes sont encouragées à boire et à manger si elles le souhaitent durant le travail. Le projet d’audit national a pu mettre en évidence 23 cas d’aspiration du contenu gastrique sur 2 872 600, soit environ 1 cas pour 120 000 femmes [9].

En pratique, est-ce possible de manger et boire pendant l’accouchement ?

OUI

Si l’accouchement est sans risque et qu’il est très peu probable d’avoir besoin d’une anesthésie générale pendant le travail, il est a priori possible de manger et de boire pendant le travail.

Manger pendant le travail n’aurait pas d’effet sur la stagnation de la dilatation

collapse

Manger pendant le travail serait même bénéfique sur la longueur du travail

collapse

Manger pendant le travail n’entrainerait pas de complication à l’accouchement sur les grossesses à bas risque

collapse

Y a-t-il un impact du fait de ne pas manger pendant le travail ?

Le jeûne pendant l'accouchement semble avoir des effets métaboliques négatifs, entraînant un stress inutile et la production de cétones [13].

Le jeûne complet peut être stressant pour l'organisme: augmentation des hormones comme le cortisol (hormone du stress) et l’adrénaline.

Accoucher demandant autant d'énergie que courir un marathon ! La demande en oxygène augmente de 40 % pendant la phase de dilatation et de 75 % durant les efforts expulsifs.

Le métabolisme des femmes forcées de jeûner risque de puiser de l'énergie dans les graisses si le travail se prolonge (phénomène de cétose), augmentant l'acidité du sang de la mère comme de l'enfant (augmentation des lactates). Les lactates peuvent être transférés au fœtus ce qui l’expose à une acidose [14].

Le fait de ne pas boire ralentit la vidange gastrique et augmente l’acidité !

DANS QUEL CAS FAUT-IL VRAIMENT JEÛNER ?

Si j’ai un facteur de risque qui peut augmenter le risque d’inhalation du contenu gastrique (Par exemple : éclampsie, la pré-éclampsie, obésité, et l’utilisation d'opioïdes par voie intraveineuses comme la morphine pour soulager la douleur) ou si j’ai un risque accru de césarienne pendant le travail [15].

Boire ou manger pendant l’accouchement, est-ce pareil ?

Manger augmente le contenu gastrique ce qui pourrait augmenter le risque de vomissement, mais boire n’a pas d’effet

collapse

Les boissons isotoniques pourraient être une bonne alternative qui n’augmente pas les vomissements

collapse

Conclusion

La pratique du jeûne pendant l’accouchement est désuète et ne devrait plus avoir lieu de nos jours. Les études montrent que manger est sans danger, bien que certaines observent une augmentation du risque de vomissement, sans toutefois augmenter le risque d’inhalation bronchique.

Quant au fait de boire, cela apparaît non seulement comme sans danger mais également comme bénéfique !

Sources

collapse

Share

Pourquoi ne pas manger pendant l'accouchement ?

collapse

Pourquoi ne pas boire pendant l’accouchement ?

collapse

Est-ce que je peux manger pendant l’accouchement ?

collapse

Sur le même thème